Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 540
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
540 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

d'Osiris. Le texte de cette stèle dit : ^ ^ f 1 j||

-^ 1k. ® ■^M<=>c^:3^-? ^

JI JT c^=> I A <=> cr=l I 3HEE S c'est-à-dire : « Ah ! que je

sois un suivant du Dieu (grand) à volonté, glorifié, puissant près de
l'escalier du maître d'Abydos. » Le lecteur observera que cette phase
formait l'un des souhaits qui ont été mentionnés plusieurs fois sur les
stèles que j'ai citées : comme l'escalier du Dieu ne pouvait se trouver
que dans la nécropole située près de la montagne occidentale et de la
bouche de la fente, comme il résulte des textes préalablement cités, le
nom de cet escalier déterminé par le signe de la demeure, terrestre ou
infernale, est donc identifié ici avec le tombeau. C'est donc là l'identifi-
cation que demandait M. Loret et que lui fournissent les textes égyp-
tiens.

Maintenant, de quelle époque sont ces textes ? Je réponds franche-
ment de la XIIe, de la XIIIe et de la XVIIIe dynasties ; ils proviennent
d'Abydos et de Thèbes, de ce dernier endroit par une imitation des
stèles du Moyen Empire. Cet escalier était donc célèbre tout au moins
en Abydos et à Thèbes durant un laps de temps d'environ quinze
siècles. Si je n'ai pu citer plus de textes, c'est que je n'en ai pas
trouvé. D'ailleurs est-il bien nécessaire que les textes soient nombreux
pour prouver qu'un lieu a été célèbre par le concours et les cérémonies
qui s'y faisaient? Nul ne mettra en doute que Notre-Dame de Lourdes ne
soit un lieu fréquenté et célèbre; si l'on prenait les œuvres littéraires
contemporaires, trouverait-on mention de ce sanctuaire et lieu de pè-
lerinage assez fréquente pour que l'on en pût conclure à sa célébrité?
Les œuvres qui ignorent Lourdes, je veux dire qui n'en parlent pas, sont
autrement plus nombreuses que celles qui en parlent. Ce serait donc
une faute de logique de conclure à la non célébrité de ce lieu parce que
les œuvres littéraires n'en parlent pas. Et notez bien que les œuvres
égyptiennes sont perdues irrémédiablement pour l'immense majorité :
cependant dans les stèles d'Abydos et de Thèbes nous trouvons men-
tion de l'escalier d'Osiris environ une vingtaine de fois. Du coup

1. Mariette : Abydos, II, pl. 25. — M. Maspero a traduit cette stèle dans les Actes du
Congrès de Florence (Alti del IV congresso internazional degli Orienlalisti, II, p. '»?.
loading ...