Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 545
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0196
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 545

la relique de ce saint personnage, à moins que nous ne soyons avertis
de la substitution : il en était de même pour Osiris à Abydos.

A la xviiie dynastie, s'il faut en croire Mariette, et je le crois volon-
tiers, car c'était un savant d'une immense bonne foi et qui voyait avant
tout les intérêts de la science — sur un monument qu'il avait trouvé à
Abydos, dans la nécropole du centre, versant du nord-ouest, c'est-à-dire
tout près d'Om el-Ga'ab et j'y ai trouvé moi-même, dans les fouilles pré-
liminaires de la première année, des stèles ou fragments de stèles avec
lâchasse d'Osiris1, — il avait trouvé une dalle rectangulaire qui pouvait
être le linteau d'une petite porte et qui au centre portait l'emblème de
la châsse d'Osiris au centre de la montagne : « A chaque extrémité, un
personnage agenouillé, adorant. La légende du personnage de droite
n'a jamais été gravée. La légende du personnage de gauche débute en

ces termes : Q "j| J|!, c'est-à-dire « Adoration à Osiris ». Or,
sans chercher ici à être pointilleux et trop jouer sur les mots, je ne peux
cependant m'empêcher de voir que les deux personnages adorent la
châsse et que cette châsse est appelée Osiris, parce qu'elle renfermait
la relique d'Osiris spéciale au nome thinite, c'est-à-dire la tète. D'ail-
leurs, avant que je n'eusse fouillé les tombes d'Om el-Ga'ab, les hommes
ayant le plus d'autorité dans la science égyptologique admettaient que
la relique osirienne consacrée à Abydos était la tète. j'ai entendu cet
enseignement plus d'une fois à l'École des Hautes Études, alors que
j'y étais élève; depuis j'ai lu dans Mariette : « C'était la tète qui était
enfermée dans la châsse dont l'image était figurée ainsi que nous la
voyons ici au premier registre de la stèle' ». E. von Bergmann disait
de son côté à peu près vers la même époque : « En paroles qui ne
peuvent donner lieu à aucune méprise, il est dit que la tête d'Osiris à
Abydos avait été confiée à la protection et aux soins de la déesse Nekheb

qui, par suite de cette fonction, portait le titre de Jq^ g ^ f '• ». Un

1. E. Amélineau, Les nouvelles fouilles d'Ain-dos, compte-rendu in extenso, vol. I, p. 38.

2. Mariette, Catalogue général des monuments d Abydos, p. 4M, n° 1118.

3. Ibid., n° 1128, p. 418. Cette stèle est du temps de Ramsés II.

4. Zeitschi-ift fur /Egyptische Sprache 1880, Urittes Hefl, p. 88. Voici les paroles de
loading ...