Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 550
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0201
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
550 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

dernier mot de la science et sans appel. L'orthographe du nom de
M. Verneau écrit Verneaux montre bien que M. Maspero ne le connais-
sait pas et je sais parfaitement quel chemin suivit la nouvelle avant
d'arriver à M. Maspero. Je m'étonnai donc, età bon droit, je présume, que
M. Verneau que j'avais prié de collaborer avec moi dans l'ouvrage que
je publie ici eût livré le secret professionnel sans m'en demander l'au-
torisation ou tout au moins sans m'en parler. Le crâne resta dans son
laboratoire du Muséum dix-huit mois et quand j'allai le chercher après
en avoir écrit à M. Verneau, comme je demandais à celui qui était chargé
de me le remettre en son absence, si M. Verneau ne l'avait chargé de
me remettre son rapport, on me répondit qu'il n'avait pas laissé de rap-
port parce qu'il ne savait pas ce que je désirais.

Pendant les dix-huit mois qui s'étaient écoulés entre la remise du
crâne et le jour où je Pallai chercher, j'avais reçu de beaucoup de côtés
des reproches sur ma crédulité à l'occasion de ce crâne : on me disait
que rien n'était plus difficile à saisir que la différence entre un crâne
d'homme et un crâne de femme, que je devais, dans l'intérêt môme de
la science, faire étudier cette relique du passé par un autre, etc. J'ai dit
dans le Sphinx en répondant hâtivement à M. Loret, que je le ferais' : je
l'ai fait et, à l'heure où j'écris ces lignes, j'ignore complètement quel
sera le verdict prononcé par celui qui m'a été indiqué comme compé-
tent : mais quel que doive être son jugement, il sera publié à la fin de
ce volume. D'ailleurs que le crâne soit celui d'un homme ou celui
d'une femme, le fait importe peu en lui-même : le point important,
c'est qu'il ait été trouvé dans le tombeau d'Osiris. Or, il est certain que
je L'ai trouvé dans la tombe d'Osiris, à l'endroit que j'ai indiqué dans
ma monographie de la découverte, c'est un fait ; on ne peut pas même
le discuter : cela est. Maintenant, que les prêtres égyptiens aient dupé
leurs fidèles, c'est possible, quoique je doive dire que cela ne me
paraît pas très probable. Et ce n'est pas une raison de sentiment,
comme on pourrait le croire ; c'est une raison basée sur la connaissance
des coutumes égyptiennes, du saint respect avec lequel était traité tout

1. Sphinx, V, fasc. IV, p. 141.
loading ...