Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 552
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0203
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
552 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

servait à décorer extérieurement et à fermer les quatre chambres du
nord, chambres qui, sans cette devanture, n'eussent été que des sortes
de stalles ouvertes. Je suppose même que les deux autres côtés de la
cour devaient être pourvus de devantures semblables et qu'ainsi dispa-
raissaient les deux angles des chambres A et E qui, sans cela, eussent
fait une inexplicable saillie dans la cour. On a trouvé, dans une tombe
de Thèbes, une devanture en bois découpé et travaillé, de style ar-
chaïque, analogue à celle que je me figure1 ».

Il faut avoir une certaine dose de confiance en son propre jugement
pour penser pouvoir, par des suppositions et des imaginations, déna-
turer un fait observé avec minutie : j'ai déjà répondu à M. Loret qui n'a
jamais vu ce dont il parle, que son imaginaire hypothèse n'avait aucun
poids en face des affirmations de quelqu'un qui a vu, que jamais sem-
blable devanture n'a été vue en Egypte dans un tombeau, pour la bonne
raison que les tombeaux ayant changé de forme dès la période histo-
rique, on n'avait aucun besoin d'une telle boiserie pour fermer des
chambres qui n'auraient pas d'ailleurs été fermées, puisque la fin de la
rainure au nord était au moins à 0m,40 du commencement des chambres.
Il faut avoir une furieuse envie de contredire les assertions d'un col-
lègue pour user de semblables arguments dont toute la valeur est indi-
quée par ces mots « je suppose » et « je me figure ». Contre des faits
il faut apporter des faits et non des je suppose et je me figure. Quant
à la châsse d'Osiris, je me demande comment M. Loret peut affirmer
qu'elle avait i mètre ou im,50 au plus : l'a-t-il vue? II me répondra sans
doute qu'on peut en juger d'après les figurations du temple de Séti I" à
Abydos et des stèles : je lui demanderai de nouveau s'il connaît les
proportions employées par les artistes égyptiens. Je lui ferai toucher
du doigt l'inanité de son affirmation en attirant son attention sur le
tableau dont j'ai parlé, à savoir le 34e d'après le premier volume d'Aby-
dos de Mariette, p. 82; c'est la plus grande image de la châsse d'Osiris
qui nous soit parvenue : si la châsse proprement dite a 1 mètre ou
même 1",50, quelle hauteur aura la hampe? quelle taille auront les deux

1. //;>/.. p. 41. M. Loret cite en note, pour étayer sa dernière phrase, G. Maspero,
Hist., tom. II, p. 519.
loading ...