Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 586
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
586 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

mentionnant le nombre des pierres et avec le nom de Neit-hôtep au
dos. Ces colliers appartenaient probablement à une reine de Menés. Et
si nous devons décider d'une tombe que c'est celle de Ménès et d'une
autre que c'est celle d'une personne en rapport avec Ménés, ce serait
à Abydosque serait la tombe d'Ahà, où se trouvaient plusieurs tablettes
mentionnant les offrandes qui lui furent faites; et ce serait la tombe
avec les colliers de Neit-hôtep qui serait celle d'une reine De plus, il
est beaucoup plus vraisemblable qu'une tombe dans la grande série des
tombes royales puisse être celle du roi, et qu'une tombe séparée dans
une autre nécropole ait pu être pour sa reine.

« De là il semble que les faits maintenant connus montreraient que
Ahâ-Ménès fut enterré dans la royale série à Abydos, et que la tombe
de Neggadeh était celle de sa reine Neit-hôtep enterrée naturellement
avec les vases et les objets appartenant au roi ; de plus, il ne semble pas
improbable que l'un des sceaux trouvés dans cette tombe doive être lu
« l'esprit de Neit-hôtep », ba Neit hôtep et soit le nom propre de la
reine » '.

Il faut avouer que M. Pétrie sait tirer un parti fort avantageux des
reines qu'il rencontre sur son chemin. Nous avons déjà vu plus haut
que l'avant-bras de momie qu'il dit avoir trouvé dans le tombeau d'Osi-
ris a été attribué par lui à la momie de la femme du roi qu'il appelle
Zer; ici il connaît par son nom la femme de Ménès et prononce que
probablement le tombeau de Neggadeh était celui de la reine Neit-hôtep.
Pourquoi? parce que M. Morgan a trouvé à Neggaddeh de petites pla-
quettes d'ivoire où d'un côté on lit ces deux mots, et de l'autre des
chiffres. Pour lui, sans aucun doute, mais aussi sans aucun fondement,
ces deux mots sont le nom de la reine, et les chiffres indiquent le
nombre de pierres qu'elle avait à un collier. Rien n'est plus simple, et
l'on ne saurait méconnaître que l'imagination de M. Pétrie est fertile en
expédients. Mais j'ai trouvé aussi à Abydos de semblables plaquettes
avec les deux mots Neit hôtep et des chiffres, le lecteur se le rappellera
sans doute. Alors? Alors, dirait M. Pétrie, ces chiffres signifient que

1. Pl. Pétrie : The royal tombs ofthe first dynasty, II, p. 4.
loading ...