Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 588
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0239
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
588

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYUOS

J'arrêterai ici les réflexions que j'ai à faire présentement sur les
publications de M. Pétrie; jè le retrouverai dans le troisième cha-
pitre de ce volume où j'aurai à examiner l'ordre chronologique dans
lequel il range les rois découverts, et nous retrouverons encore
malheureusement la même méthode et la même assurance. Dès à pré-
sent, je dois faire observer que les théories de l'archéologue anglais
ne reposent sur rien de solide, que la seule imagination en a fait les
frais et qu'il reste à donner les preuves. Avec la méthode qu'il emploie
il en doit être ainsi.

M. Naville a publié dans le Recueil de travaux que dirige M. Mas-
pero trois articles sur la question qui m'occupe, le premier dans le
volume XXI, le second dans le volume XXIV et le troisième dans le
volume XXV. Le premier est consacré à réfuter l'attribution de la
tablette de Xeggadeh à Ménès, comme l'avaient admis M. Borchardt et
M. Maspero. J'ai déjà reproduit en partie dans le volume précédent,
les principaux arguments de M. Naville et je les ai corroborés par
d'autres empruntés à la tablette que j'ai trouvée dans un des tombeaux
avoisinant celui d'Osiris. Je trouve que M. Naville a parfaitement
raison dans sa thèse relative à la tablette de Neggadeh, mais je ne
saurais souscrire à ses arguments et à ses identifications pour
quelques-uns des noms royaux, surtout à sa conclusion que ces rois
et leurs monuments appartenaient aux trois premières dynasties his-
toriques. Je donnerai plus loin mes raisons dans le troisième chapitre
de ce volume.

Le second article de M. Naville est plus spécialement consacré aux
rois dont les tombes ont été trouvées à Om el-Ga'ab et il est destiné à
réfuter les théories de M. Pétrie. M. Naville, après avoir cité le texte
de l'inscription dédicatoire du temple d'Abydos donne son opinion
arrêtée sur les monuments d'Abydos. « Nous n'hésitons pas à l'affirmer :
il n'y a pas de rois antérieurs à Ménès, certainement pas à Abydos1 ».
A preuve, la liste des rois gravée dans un couloir du temple d'Abydos :
« Il est peu probable que les scribes qui l'ont composée eussent à leur

1. E. Naville : Les plus anciens monuments égyptiens, II, p. 4 du tirage à part.
loading ...