Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 594
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0245
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
594 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

identique avec le signe qui termine le nom de , ce qui est loin

d'être certain. Serait-il le même, qui peut assurer à M. Naville qu'il l'aille
y voir un nom de royauté, comme il le dit? Rien, ce signe étant évidem-
ment employé ici comme ornement; car, s'il en était autrement, à quoi
bon répéter le nom de royauté onze ou douze fois quand le nom de double
est seulement répété trois fois? M. Naville cite l'exemple qu'il a trouvé
à Bubaste : mais, où y a-t-il un nom de double suivi du nom de royauté,
puisque le nom de cartouche du roi qu'il cite, à savoir Ousortesen III est

totalement différent? Le nom de double d'Ousortesen III est Vet

le nom de cartouche est soit ( Q LJ U LJ ®\, soit ^ ' ^Tjj ; je

Je ne vois
argument

12

me demande dès lors ce que ces noms ont à faire avec
nul moyen de les comparer. Par conséquent cet
a pari n'a aucune valeur en l'espèce ; par conséquent l'identification pro-
posée par M. Naville ne soutient pas un examen sérieux; par consé-
quent Narmer n'est pas à identifier avec fcrfiiq, le premier roi de la
IIe dynastie manéthonienne. M. Naville est tombé ici sans y prendre
garde dans la même erreur qu'il reproche justement à M. Pétrie.

Dans le paragraphe qui suit, M. Naville dit : «Dans ses identifications,
il est un fait que M. Pétrie n'a pas pris en considération : c'est que, si
nous passons en revue les noms des rois bien connus, bien établis, que
nous avons au complet, nous remarquerons que, jusqu'à Ousortesen II,

le nom du double et le nom de nebli, que j'ai appelé ailleurs

nom de diadème, sont toujours identiques. Je ne veux pas dire qu'il
faille en faire une règle qui ne souffre pas d'exception; mais il serait
étrange que tous les rois de l'Ancien Empire, dont les noms et les titres
ne font pas question, se fussent conformés à cet usage, s'il n'y avait pas
là une tradition bien établie, et, de fait, à Abydos, pour l'un des an-

ciens rois _c, dont les monuments sont catégoriques, la règle trouve

son application. C'est là une des raisons qui m'avaient fait rejeter l'as-
similation de £^ ^—1 avec le double fVY Maintenant encore, je ne
crois pas que t^i, dans ce cas, soit le nom de Ménès, qui aurait eu
pour double Q^\.
loading ...