Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 595
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0246
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 595

« Il est encore un autre fait, qu'il importe de mettre en lumière; c'est

le grand nombre de cas où surmontant un nom propre, est

précédé lui-même de J^J, sans doute pour nous indiquer que le nom
en question est bien un nom royal, et non pas un nom propre quel-
le

conque, formé avec comme il y en a un bon nombre. Aussi je

n'hésite pas à me ranger à l'idée que que je lis est bien un roi

mais non pas le roi Semempsès. Car _/j est un nom de nebli ou de ka,
ce n'est donc pas celui que nous donne la table d'Abydos. Un fragment
de vase publié par M. Sethe, nous indique à quel cartouche il faut le

rattacher, c'est celui de , le 3H3E de la liste. Puisque jÇj est un nom

de nebli, il doit être associé à un nom de de cartouche, et non à

un nom dédouble, qui serait identique. Aussi le rapprochement de
que M. Pétrie lit Shemsu, avec Mersekher me paraît-il erroné1 ».

Le fait que mentionne M. Naville est vrai pour les rois Ranouter, Sne-
frou, Khéops, Djeser, Pépi I, Merenra, Pépi II, les Mentouhotep de la
XI dynastie et les trois premiers rois de la XIIe. Le nom de double est le
même pour le nom de nebli, comme dit M. Naville, et encore le nom
d'épervier d'or. Ce n'est qu'à partir d'Ousortesen II qu'on rencontre pour
les deux derniers des noms différents du premier. Pour les autres, dans
l'intervalle de Snefrou à Ousorlesen II, si l'on n'a pas encore rencontré le
nom de vautour etd'urœus, ou nebli, ou le nom d'épervier d'or, il serait
puéril, je crois, de nier que sans doute les rois pour lesquels on n'a pas
trouvé ces noms avaient suivi l'exemple des rois pour lesquels on l'a
trouvé. Nous sommes donc en présence d'un fait grave, que M. Naville
a expliqué conformément à sa manière de voir, et, puisqu'on ne saurait
le nier, il reste à examiner s'il n'est pas possible d'en donner une expli-
cation autre que celle de M. Naville. Je crois que cela est possible.
C'est ce que nous allons voir en repassant les rois qui ont ces titres.

Tout d'abord Djeser dont le nom de double, de vautour etd'uncus est

1. E. Naville, Les plus anciens monuments égyptiens, p. 6-7, du tirage à pari.
loading ...