Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 599
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0250
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 599

nemhùt II avec le protocole suivant : \

voit que pour le premier de ces rois les trois premiers noms de
double, de vautour-uraeus et d'épervier d'or sont les mêmes suivant
la tradition presque générale ; le nom de royauté est composé d'éléments
tout différents où pas un signe des autres noms ne trouve place; que pour
le second, c'est également la même chose; pour le troisième les noms
de double et de vautour-uroeus sont seuls les mêmes, le nom d'épervier
d'or est complètement différent ainsi que le nom de royauté. Avec Ou-
sortesen II les quatres noms sont différents et le protocole est complet.

Telles sont les diverses étapes qu'a parcourues la formation du pro-
tocole royal égyptien. Qu'en conclure? Que les trois noms de double,
de vautour-urreus et de royauté étaient d'abord les mêmes; que pro-
gressivement on ajouta un quatrième nom, le nom d'épervier d'or ou de
Dieu triomphateur, comme il est écrit aussi, et ce quatrième titre est
représenté par le même nom, malgré une tentative faite sous l'un des
Pépi pour innover; que plus tard, le nom de royauté se sépara des
autres, associé parfois avec le nom d'épervier triomphant et qu'enfin
les deux seuls noms de double et de vautour-urceus restent semblables
jusqu'au moment où Ousortesen II donne à chaque titre un nom parti-
culier qui, malgré quelques tentatives des rois de la XIII' dynastie,
autant qu'on en peut juger par des monuments frustes ', sera employé
jusqu'à la fin de l'empire égyptien. Il me semble donc qu'étayer une
théorie sur un semblable fait et en tirer des identifications, comme le
fait M. Naville, est quelque peu hasardé ; car, de même que les rois his-
toriques de l'Egypte se sont contentés de deux noms d'abord, puis de
trois avant d'arriver à quatre, puis à cinq, il se pourrait tout aussi bien
qu'il se fussent à l'origine contentés d'un seul nom. Sur un des cvlindres
qu'a trouvés M. Pétrie', le roi qu'on a identifié avec Semempsès a son

nom précédé seulement de jk^. c'est-à-dire du nom de vautour-

1. Lepsius, Denkmàler, II, 121.

2. Flinders Pétrie : The royal tombs ofthe first dymtslr, I, XXXVIII, 72.

76
loading ...