Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 604
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0255
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
604 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

M. Naville dans les lignes que je viens de citer abaisse singulière-
ment pour le besoin de sa cause l'âge des Schesou-Hor. Jusqu'à l'appa-
rition de son article, on admettait généralement que ces Schesou-Hor
avaient précédé le règne de Ménès, et il y a une bonne preuve qu'il en
a été ainsi pour les Égyptiens mêmes. En effet le papyrus de Turin
contenait avant le règne de Ménès, et les fragments en sont encore là
pour le prouver, la mention de personnages ayant joué un rôle consi-
dérable pendant l'époque préhistorique en Egypte. Voici ce que dit à ce
sujet E. de Rougé dans son mémoire Sur les monuments qu'on peut
attribuer aux six premières dynasties égyptiennes : « Les lignes 9 et 10
parlent de personnages qui avaient laissé une grande trace dans la
tradition :

fil =!

Wâ L

« Je traduirai ce qui reste de ces deux lignes : ..... (les temps!) des

Schesou-Hor, ans 13.420 (plus?) — les règnes jusqu'aux Schesou-Hor,
ans 22.300 (plus?).....

« La première somme appartenait probablement à ces personnages,
et la seconde, étant totalisée avec quelques sommes précédentes, devait,
suivant nous, atteindre l'époque de Ménès, dont le cartouche apparaît
à la ligne suivante. Il terminait renonciation du résumé, car il se
retrouve une seconde fois, avec son propre article à la douzième ligne,

où commence sa dynastie \ P (3 Hor-Schesou, ou bien plus

probablement, par inversion, Schesou-Hor, peut se traduire « le servi-
teur d'Horus » ou « le successeur d'Horus. » Je préfère le premier sens,

notes ne correspondent pas à la réalité. D'abord M. Wiedemann dans son Histoire
d'Egypte (Geschichte i'0/i Alt-<£gyplcn)t ne cite pas le nombre des années des Schesou-
Hor ; c'est M. de Rougé qui les cite d'après le papyrus de Turin ; de plus M. Wiedemann
parle des Schesou-Hor à la page 39 et non à la page 160 où il est question de Pian-
khi tandis que c'est à la page 163 que M. de Itougé cite le papyrus de Turin. Eiilin
If, Naville parle de l'emploi des Schesou-Hor comme mesure de temps et renvoie à
Pétrie, Royal tombt, I, XI ; à cette planche, il n'y a pas de date.
loading ...