Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 606
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0257
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
606 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

car E. de Rougé y avait été emporté par sa foi catholique, les paroles de
ce grand savant sont vraies encore à cette heure, et il a fallu tous les
nuages amoncelés à plaisir pour en faire douter. D'ailleurs, E. de Rougé
n'est pas le seul à penser ainsi, Diimichen, une autre colonne de
l'égyptologie, pensait exactement de môme; dans son Histoire de la
construction du temple de Dendérah, parue en 1876, il dit expressé-
ment en traduisant un texte de ce temple cpje l'époque des Sclwsou-Hor
était employée comme Die œgyptische Bezeichnung fur die prœhisto-
rische Zeil'. Il le dit en expliquant les phrases auxquelles M. .N'avilie
fait allusion et que voici :

%(I]ki!-s!îfi^rî!(!h)

C'est-à-dire : « Fut trouvé le plan du grand (temple) de Dendérah
dans un écrit ancien, écrit sur une peau de khar (?) au temps des sui-
vants de Horus; il fut trouvé à l'intérieur d'un mur en briques à l'inté-
rieur du palais royal au temps du Roi de la Haute et Basse Egypte, maître
des deux terres, Rameri, lils du Soleil, maître des diadèmes, Pepi, qui
donne la vie, la stabilité, la richesse, chaque jour comme Râ éternel-
lement ».

« La fondation du grand (temple) de Dendérah est l'œuvre du roi de la
Haute et Basse Egypte, maître des deux terres Ramenkheper, fils du
Soleil, maître des diadèmes, Thotmès, ensuite de ce qu'on trouva (le
plan) dans un écrit ancien (écrit) au temps du roi de la Haute Égypte
Khoufou. »

Cette traduction est celle de Diimichen presque sans aucun change-
1. Diimichen, Baugeschichte der Denderahtempels, p. 14 et pl. I.
loading ...