Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 612
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0263
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
612 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tante histoire secondaire, comme étant le site de la châsse d'Osiris ;
elle fut établie sous la XVIIIe dynastie (car aucune des poteries offertes
en ce lieu n'est antérieure à celle d'Aménophis III) et visitée depuis ce
temps jusqu'à la XXVIe dynastie, où l'on y plaça quelques sculptures
additionnelles. Plus tard elle fut spécialement spoliée par les Coptes
pour extirper l'adoration d'Osiris'. Mais de cette dernière histoire les
restes principaux avaient déjà été recueillis par Amélineau et c'est
de l'état primitif du lieu comme étant la tombe du roi Zer que nous
avons à faire ici l'étude' ».

Je ne sache pas que d'autres auteurs se soient occupés d'assigner une
autre époque au culte et à la tombe d'Osiris. Encore M. Maspero est-il
loin d'être aussi affirmatif que M. Pétrie, car en parlant du lit d'Osiris,
il dit : « Le lit qu'il (le tombeau) contient et qui représente Osiris mort
est-il ancien ? Tous ceux qui ont pu en juger directement', sauf M. Amé-
lineau, pensent qu'il n'est pas antérieur à la XVIIIe dynastie. Après
avoir vu les photographies, je me suis demandé s'il n'y avait pas lieu
d'en reculer la date jusqu'au Moyen-Empire; c'est là toutefois une
question qui ne devra être tranchée qu'après une étude attentive de
l'original4 ». On voit ainsi que les deux auteurs sont loin de s'en-
tendre, l'un attribuant le lit à la XVIIIe dynastie et même à la XIIe ou
à la XIIIe, l'autre décidant que la bière* d'Osiris est de la XXVIe dynastie.

Je prétends au contraire que l'on a des preuves que le culte rendu à
Osiris en son tombeau d'Omel-Ga'ab remontait jusqu'à l'Ancien Empire,
et même avant : je vais faire connaître mes raisons et les preuves sur
lesquelles je m'appuie.

Tout d'abord l'hypothèse que les rois de la XVIII' dynastie, ou môme
ceux de la XIIe auraient choisi L'un îles tombeaux des rois de la première

ï. Le texte contient ces mots : in erasing the whorsip of Osiris.

2. FI. Pétrie : The royal tombt ofthe first drnastr, paît. II, p. 8. Dans le premier des
passages cités, il y a presque autant d'erreurs que de mots, parce que M. Pétrie ne
tient pas compte des œuvres de ses devanciers.

3. Au moment où M. Maspero prononçait ces paroles, il n'y avait que M. Lemoine et
moi qui avions vu le lit en question.

i. Cf. Compte-rendu des séances de l'Académie des Inscriptions et flelles.Lettres,
avril 1898.

5. FI. Pétrie : The royal tombé ofthe first drnastr, part. I, p. 7.
loading ...