Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 614
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0265
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
614 LES NOUVELLES EOU'ILLES D'AM'DOS

et la profanation de ces tombeaux royaux par les Coptes au vi° siècle de
notre ère. En outre, quelle idée baroque n'eùt-ce pas été de choisir pour
siège de ce culte un des tombeaux d'Om el-Ga'ab quand on avait, bien
plus près des endroits habités, le temple d'Osiris qui datait de l'Ancien
Empire et qui était tout désigné pour être ce foyer!

M. Maspero a même été plus loin, il a désigné le roi Ouénéphôs des
listes manéthoniennes, que pour le besoin de la cause il a de sa propre
autorité appelé Ouenephrès, comme étant celui dont le tombeau aurait été
choisi comme rappelant par son nom la transcription grecque du nom
d'« Osiris, roi », Ouonnofriou, Ouonnofir. J'ai l'ait observer ailleurs que
ce rapprochement était tout à fait factice et abusif de la part de M. Mas-
pero. Manéthon écrit le nom d'Ouénéphès Oùevéanjç et le nom d'Ouno-
noferaété transcriten grec"0woçp'.;. S'il fallait IireOjovv;çfï;;, je dirais que
la terminaison pr;; est destinée à transcrire les cartouches se terminant

par Râ en égyptien, comme (® l t—1 ) qui est rendu par Ne^ep^épYjç. Le
nom d'Ouénéphès, je rappelle ici ce que j'ai déjà dit dans ma mono-
graphie du Tombeau d'Osiris,est le quatrième de la liste manéthonienne
pour la première dynastie, tandis que dans la table de Séti Ier le qua-
trième roi se nomme Ata . Or, Séti Ier en faisant faire sa table des

rois égyptiens, devait
rés à Om el-Ga'ab, puis
assez mauvais état pour

connaître les tombeaux des rois enter-
que ces tombeaux existaient, étaient en
que son fils Ramsès II crût nécessaire
de les faire restaurer; s'il connaissaitleurs tombeaux, il devait con-

naître leurs noms par les stèles qui s'y trouvaient, puisqu'il n'avait qu'à
les lire ou les faire lire par ses scribes; comment expliquer dès lors
qu'ayant à choisir un roi dont le nom rappelât le surnom d'Osiris,
Ouonnofer, les rois de la XVIIIe dynastie qui étaient encore en meil-
leure posture que Séti Ier, et à plus forte raison les Pharaons de la
XIIe, aient choisi le roi Ata dont le nom rappelle en rien celui d'Ouon-
nofer? S'il y avait un endroit en Egypte où l'on dût connaître le nom
des rois reposant à Om el-Ga'ab, ce devait bien être Abydos, et le roi
Séti Ier eût été bien mal inspiré de faire graver sa table des rois dans le
temple d'Abydos et de leur donner des noms qui ne répondaient en rien
à ceux des tombes d'Om el-Ga'ab.
loading ...