Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 622
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0273
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
622

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

logue anglais a su les remettre à leur place en montrant combien sa
science est supérieure à la leur.

Et maintenant quelle confiance accordera M. Pétrie, quand il déclare
formellement qu'entre la V6 et la XVIIIe dynastie, il n'y avait dans la
colline de Heqreschou aucun monument? M. Pétrie a su que j'avais
découvert les statuettes d'environ une demi douzaine de personnes et
il n'a pas su que j'avais aussi découvert la grande table d'offrandes
en syénite au nom du roi Ousortesen Ier dans cette même butte! Est-ce
que M. Pétrie se serait contenté de parcourir les planches du volume
où les inscriptions de cette table sont publiées et n'aurait pas daigné
parcourir le texte de ce volume? ou bien est-ce que M. Pétrie qui a su
voir autre chose que les planches de ce volume quand il croyait que le
texte contenait des choses blâmables ou qui lui semblaient blâmables,
aurait, de propos délibéré, ignoré les pages dans lesquelles il était ques-
tion d'un monument qui détruit de fond en comble sa théorie? Car
enfin, s'il y a des monuments qui remontent à l'Ancien Empire,
comme le fait est certain, il y a aussi des monuments qui sont du Moyen
Empire, et en premier lieu la table d'offrandes en question, table d'au-
tant plus précieuse pour les historiens qu'elle contient la preuve indis-
cutable que la XIIe dvnastie succéda à la XIe sans aucune de ces guerres
qu'on s'est complu à mentionner, et qu'au contraire la succession eut lieu
pacifiquement par le fait que le premier roi de la XIIe dynastie épousa
la fille du dernier roi de la XI" et que le fils d'Amenemhâit, à savoir
Ousortesen appelle Mentouhotep Sônekhkarâ son père. Comment se
fait-il donc que M. Pétrie ne parle pas de cette table?

De plus, je voudrais bien savoir comment il est parvenu à la connais-
sance de M. Pétrie que les gens « qui étaient enterrés ailleurs » étaient
probablement des gens de Thèbes. Le fait a pu se produire, mais la
déposition de statuettes par les Egyptiens dans la première butte d'Om
el-Ga'ab ne devait pas être le monopole des Thébains plus (pie des habi-
tants d'aucune autre grande ville d'Egypte.

La conclusion de tout ce qui précède, c'est que M. Pétrie s'est contre-
dit lui-même, qu'il a avancé des choses matériellement fausses, que
pour soutenir une théorie manifestement contraire à la réalité il a eu
loading ...