Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 625
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0276
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tits vases votifs trouvés en si grand nombre dans cette butte et quel-
ques-unes des statuettes de bois enfermés ou non dans un cercueil, de-
vaient appartenir à la XIIe dynastie et à celles qui suivirent; mais comme
je n'ai aucune preuve à donner de la réalité de mon opinion, je m'abs-
tiens.

Dès le milieu de la XVIIIe dynastie nous trouvons le grand épervier
(|iii fut fait sous le règne d'Aménophis II et qui fut consacré parle prêtre
Alimesou au culte d'Osiris, en attendant que son petit-fils Iouiou le fît
dorer et le déposât parmi les autres monuments du culte qui furent re-
couverts par la grande colline de débris au jour de la spoliation. Près
de cet épervier qui est une pièce démontrant l'habileté rare des sculp-
teurs égyptiens était la statuette en granit gris du même Iouiou '. Je
rappelle ici qu'à la dynastie suivante, le successeur de Ramsès II trouva
ce monument tellement de son goût qu'il se l'appropria en faisant gra-
ver ses cartouches sur le corps de l'oiseau. Les statuettes que j'ai pu-
bliées dans mon premier volume et certaines de celles qui ont été trou-
vées par M. Pétrie sont de cette même dynastie, ainsi qu'un grand
nombre d'autres monuments comme le modèle de petit sarcophage que
j'ai trouvé la première année, le grand naos de cette même année sur
le côté duquel étaient représentés Isis et Horus, etc. Parmi les monu-
ments royaux de cette dynastie, je ne dois pas oublier le coffret doré
que le roi Toutônekh Amen fit déposer brisé dans un vase en poterie
qui fut hermétiquement bouché avec de la chaux et que j'ai retrouvé tel
qu'on l'y avait enfermé, ainsi que je l'ai dit dans le volume précédent.

A la XIX'' dynastie, il faut aller jusqu'au règne de Séti Ier et de Ramsès II
pour trouver des monuments datés du culte d'Osiris. Sous le règne de
Ramsès II, les monuments abondent : il y a tout d'abord les poteries de
forme antique qui portent gravées sur leur panse des formules funé-
raires et qui sont datées du règne de Raousormasotep en va ou de llamcs-
sou meriamen. A côté de ces poteries je dois ranger toutes celles de
même forme qui, au lieu de textes funéraires, contiennent des scènes
d'hommage à Osiris rendu par des prêtres d'Osiris, soit que ces vases

1. Cf. E. Amélineau : Les nouvelles fouilles d'Ahydos, I, p. 171 et seqq.
loading ...