Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 627
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0278
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 627

XXXe dynastie. Ce qu'il dit de ce petit temple de l'Ouest n'est pas très
long et il sera intéressant de le citer ici : « Le petit temple de l'Ouest
est à Abydos ce que le petit temple d'Aménophis III est à El-Kab, ce que
le petit temple de Deïr el-Medineh est à Thèbes. Il est situé, comme
les édifices que nous venons de citer, non seulement loin de la ville,
mais loin de la nécropole, c'est-à-dire tout à fait dans le désert. C'est à
300 mètres environ au sud-ouest de la Schounet ez-Zebîb qu'on en ren-
contre les ruines. Quoiqu'il fût connu des babitants des villages voisins,
le petit temple de l'Ouest avait échappé à nos premières investigations.
Aussi ne hgure-t-il pas sur le plan topographique des ruines d'Abydos
publié dans notre premier volume.

« Le petit temple de l'Ouest est rasé jusqu'au niveau du sol. Il est
seul, au milieu d'une longue plaine de sable, sans voisinage d'aucune
sorte. Rien ne le signale à l'attention qu'un bloc de granit gris, prove-
nant d'une chapelle démolie que de loin on prend facilement pour un
rocher de la montagne.

« Au dire des fellahs, le petit temple de l'Ouest a été exploité, il y a
une quarantaine d'années', par les agents des consuls européens qui,
à cette époque, ont fait d'Abydos le centre de leurs travaux. Autant que
nous avons pu le comprendre, des stèles, de belles statues dans les-
quelles nous avons cru reconnaître les statues de Iouiou et d'Otionofcr,
aujourd'hui au Louvre, ont été alors découvertes et enlevées.

« L'état des ruines du temple, son peu d'importance comme dimen-
sion, les fouilles dont il a déjà été l'objet, ont enlevé à nos propres re-
cherches tout leur intérêt. Une seule stèle, très remarquable à la vérité',
a été recueillie couchée dans le sable qui l'avait dérobée aux investiga-
tions de nos devanciers. Parmi les monuments plus ou moins mutilés
qui sont venus avec la stèle jusqu'à nous', nous citerons le naos de
Nectanébo, la statue de Ramsès III, et quelques bonnes inscriptions,

1. Ces paroles ont été écrites vers 1860; il faut donc présentement compter envi-
rons 80 ans (j'ai écrit ceci en 1*100).

2. Abydos, II, pl. 41. (Note de Mariette.)

3. On trouvera la lisle de tous ces objets dans notre Catalogue général, n»' 35'i et
l'i20. (Note de Mariette.)
loading ...