Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 629
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0280
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 629

je, est une femme assise sur ses talons et tenant le symbole hiérogly-
phique du nome d'Abydos, c'est à-dire la châsse d'Osiris surmontée de
la double plume, telle qu'elle est représentée sur les bas-reliefs de
la chambre annexe de la travée d'Osiris dans le temple de Séti Ier. Au-
dessus de la femme est un épervier qui semble vouloir entourer de ses
ailes la chasse d'Osiris ; le tout est enfermé dans un cadre au-dessus
duquel est placé l'épervier ordinaire qui est appelé ici épervier du Sud.
Si nous voulons savoir maintenant quels sont ces personnages, nous
n'avons qu'à interroger le tableau supérieur de la stèle où nous voyons
le roi Ramsès II en personne faire l'offrande de l'encens et du vin, par
devant une table chargée d'offrandes, à Osiris monté sur un escabeau
lequel est gardé par deux urœus, avec une table placée par devant Osiris
et sur laquelle sont debout les quatre génies funéraires ; Osiris a par
derrière Isis etliorus hiéracocéphale avec la légende Horus fils d'Osiris.
Et maintenant si nous nous retournons vers le tableau inférieur, nous
voyons que le dieu Osiris est remplacé par la châsse où est gardée sa tète,
que cette châsse est tenue par lsis et que l'épervier, c'est-à-dire Horus
la protège de ses ailes. L'inscription de cette stèle nous instruira
encore plus. La première partie de cette inscription, verticale et compre-
nant trois lignes, est une adoration à « Osiris, mon Seigneur », afin
qu'il accorde au défunt d'être « comme les âmes parfaites qui voient
toutes ses transformations ». La seconde partie dit : « Je suis un pro-

phèle dans sa charge de gardien en chef de la châsse

^fj| j'accompagne le dieu pour qu'il aille, en son jour, vers

Horus du Midi, je fais qu'acclament les gens du nome Thinite : c'est son
jour déjuger les paroles, pour le double du premier prophète d'Osiris
Ouonnofer »'. Ainsi d'après cette stèle telle que je la comprends, Ouon-

1. Mariette : Al'y dos II, pl. il. — Cf. Catalogue général des munumenls d'Abydos,
p. 417. Je n'ai pas cru devoir adopter lu traduction de Mariette. Tout d'abord j'ai fait de

l'expression ^ un nom, le il garde, d'après d'autres exemples analogues. Ce mot

est déterminé par g) et 1 expression entière par „ , . La préposiliou _^t^ ludique le
loading ...