Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 636
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0287
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
036 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

si ces objets ont été brisés, changés de place, emportés au loin ou au-
près, ou si l'on n'en a pas laissé quelques-uns sur les lieux. Il faut de
plus, en présence des objets qui remplissent une tombe, se demander
si tous ces objets sont bien contemporains du cadavre ou du squelette
déposé dans la tombe, ou bien s'ils n'ont pas été apportés dans le tombeau
par la piété des survivants, soit que ces survivants aient été les membres
de la môme famille, comme c'était le cas pour la sépulture des hommes
riches ou pauvres, soit que tous les hommes pieux aient été autorisés à
témoigner de leur piété envers certains personnages après leur mort. Il
est évident, en effet, que d'après les observations faites en tel ou tel
sens, l'âge ou la signification des monuments trouvés seront différents,
que l'on ne pourra pas tirer les mêmes conclusions de ceux-ci que de ceux-
là, parce que les prémisses seront différentes et conduiront à d'autres
conclusions. Il me semble que jusqu'à présent l'on n'a pas, dans les
conclusions tirées des fouilles, attaché assez d'importance au culte des
ancêtres, qui se pratiquait en Egypte dès les temps les plus anciens,
comme il se pratique de nos jours, et qui est la pierre angulaire de tout
l'édifice religieux en Egypte, comme il l'a été dans bien d'autres pays.
Il est aussi évident que si les sépultures fouillées ont été violées, spo-
liées, on doit en tenir grand compte dans l'appréciation historique, que
la certitude diminue en raison directe de l'intensité de la violation et de
la spoliation, que l'on doit autant que possible se proposer de rétablir la
tombe dans son état primitif, avant que de hasarder un jugement. Jus-
qu'à présent les fouilleurs ont eu beau jeu; on acceptait sans mot dire
toutes leurs conclusions et l'on ne recherchait pas s'ils avaient eu raison
de les tirer. 11 a fallu les fouilles de ces dix dernières années et leur
importance extraordinaire pour faire sortir les égyptologues de l'or-
nière de l'habitude; il est vrai qu'ils en sont sortis pour nier ou pour
amoindrir l'importance de découvertes qui les gênaient En outre, si
les sépultures que l'on fouille ont été déplacées quelques années seule-
ment auparavant, il est tout aussi évident que l'on doit se préoccuper
de l'état dans lequel elles ont été trouvées par le premier explorateur,
qu'on doit recourir à la description qui en a été faite, qu'on en doit te-
nir le plus grand compte, à moins que l'on n'ait des raisons péremp-
loading ...