Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 637
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0288
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 637

toires de douter de sa bonne foi et de sa capacité de description, et le
cas échéant il faut renoncer à faire ce tableau, puisque le terrain, le
sable, les objets, tout l'intérieur d'un tombeau a été changé, jeté dans
une autre tombe. L'auteur qui n'en tient pas compte discrédite lui-
même son propre ouvrage et fait preuve d'une méthode antiscientilique.
Pour la question qui m'occupe, je puis bien avoir laissé échapper un
trop grand nombre d'objets pendant les fouilles de la première année,
et quelques-uns pendant celles des deux années suivantes; mais j'es-
time que personne ne peut m'accuser de mauvaise foi, même d'incapa-
cité intellectuelle et par conséquent c'est à ma relation qu'il faut ajouter
foi, parce (pie j'ai vu le premier et que je pense avoir bien vu. Par con-
séquent aussi, un auteur qui, comme M. Pétrie, fait fi de l'examen de ses
devanciers, de leurs découvertes et de leurs conclusions, est en de-
hors de la méthode scientifique. Ce n'est pas que je dénie à M. Pétrie
le droit et le devoir de contredire mes allégations; mais il n'a ce droit
et ce devoir que si, par des raisons péremptoires, il montre que je me
suis trompé et grossièrement. Or ce que je lui reproche, ce n'est pas
d'avoir contredit mes allégations, c'est de les avoir tenues pour nulles
et non avenues, sans les discuter, ou pour mieux dire de les avoir
ignorées de propos délibéré pour imaginer des hypothèses que les faits
contredisent.

Enfin, il y a un autre principe qui me semble tout aussi important et
que l'on ne doit pas négliger. Quand on veut établir la chronologie des
rois découverts à Om el-Ga'ab, il faut avant tout tenir compte du lieu
où ces noms ont été rencontrés. Si quelqu'un de ces noms a été ren-
contré dans le tombeau d'un autre roi, gravé sur des monuments, il faut
bien admettre, bon gré, mal gré, que le nom de ce roi trouvé dans le
tombeau d'un autre roi sur un monument témoignant (pie le second a
reçu l'hommage funéraire du premier, il faut bien, dis-je, admettre que
ce premier roi a vécu après le second, car jusqu'à présent ce n'est pas
la coutume que le prédécesseur rende hommage au successeur, mais
bien que le successeur fasse le culte funéraire au prédécesseur. Enfin,
il ne suffit pas qu'on trouve un nom de roi dans un tombeau pour être
certain que ce tombeau était celui de ce roi, surtout quand la nécropole
loading ...