Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 639
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0290
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 639

entouré de cette enceinte, sans que le signe de l'épervier surmonte la
maison. Je crois qu'en ce cas le nom contenu dans le rectangle est bien
le nom d'épervier ou de double, quoique le symbole soit absent. J'en
ai pour preuve un fragment de poterie sur lequel la maison contenant
le nom de double est entourée de l'enceinte sans être surmontée de
l'épervier, et un autre fragment qui contient l'épervier, la maison avec
l'enceinte avec le nom de double qui est le môme dans les deux
exemples. Ce nom de double me servira de critérium pour distinguer
les noms royaux : jusqu'ici il n'y a point d'exemple que de pareils noms
aient été portés par d'autres que par des rois ou des personnages dont
les fils sont devenus rois et auxquels on a attribué l'épervier pour
faire plaisir au roi régnant, comme les premiers Entef de la XIe dynas-
tie, car si le fils entrait dans la famille d'Osiris ou était identifié avec
Ilorus fils d'Osiris, comment aurait-il été possible que le père réel du
roi n'eût pas appartenu aussi à la famille dont son fils faisait partie ?
Je ne compterai donc parmi les rois qui sont venus tout récemment au
jour de l'histoire, que ceux dont le nom aura été surmonté de l'épervier
royal, faisant toutefois une exception pour le Merneit dont il sera parlé
plus loin, et cela parce que c'est un de ceux que je n'ai pas trou-
vés.

Il s'agit maintenant d'établir la liste des rois telle que le hasard
des fouilles l'a mise au jour, en laissant de côté toutefois les noms
d'Osiris, de Set et de Horus, ou comme on dit de Khasekhemoui. Je
mettrai à côté de chaque nom l'année de la découverte, le nom de
celui qui l'a faite et l'endroit où a été faite pour la première fois, la
trouvaille.

1° , Ahâ ; découvert le premier en 1896, mars, par moi-même, à la
fin du premier plateau allant vers les collines d'Om el-Ga'ab;
M. de Morgan en 1897 le trouva aussi dans les fouilles qu'il fil
à Neggadeh; depuis M. Pétrie l'a également trouvé parmi les
objets qu'il a rencontrés dans les travaux exécutés par lui à Om
el-Ga'ab, après s'être fait indûment concéder ce qui m'apparte-
nait encore.

8)
loading ...