Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 657
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0308
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D ABYDOS 657

pour les tombes considérées comme les plus pauvres et placées le plus
loin de celle d'Osiris : ce qui est le cas pour la tombe qui renfermait le
beau couteau de silex que j'ai mentionné. Les conclusions à tirer de ce
cbef sont donc encore diamétralement opposées à celles de M. Pétrie. Ici
encore sa méthode générale lui a fait prendre le chemin de l'erreur : avant
de s'en tenir à ses propres découvertes, il aurait dû s'inquiéter des dé-
couvertes d'autrui. Et je n'écris pas ces paroles pour faire valoir mes
propres travaux, mais parce que je cherche, tout autant et plus peut-être
que M. Pétrie, la vérité scientifique et que si j'étais arrivé après
M. Pétrie sur le site d'Abydos, j'aurais cherché à me rendre compte de
ses travaux tout comme je tacherai de m'aider de tout ce qui peut con-
courir à la solution du problème que je traite.

Ainsi d'après ces considérations générales, l'ordre chronologique
dans lequel M. Pétrie a rangé les rois d'Om el-Ga'ab ne répond pas aux
faits tels que je les ai constatés et démontrés. Si je recours maintenant
aux particularités, nous verrons les mêmes résultats.

Je prends d'abord le roi Ka « dont la tombe est la plus ancienne qui
puisse être assignée d'une manière précise' »; je vois que les murs de
cette tombe n'ont que l'épaisseur d'une brique, placée en long, quand il
est de règle générale dans la nécropole d'Om el-Ga'ab que les tombes
royales ont des murs démesurément épais. Avec la tombe de Djeser,
ce seraient les seules exceptions. La seule raison que M. Pétrie
donne de l'attribution de cette première tombe au roi Ka, c'est que l'on
y a trouvé des fragments de grandes jarres avec l'inscription Ka dans le
rectangle, et si l'on recourt aux planches de son volume on voit que ce
rectangle n'est pas surmonté de l'épervier. Il est vrai que M. Pétrie
dit avoir trouvé depuis le nom de ce roi renfermé dans un rectangle et
surmonté de l'épervier; la chose sera vraie lorsque M. Pétrie aura
prouvé qu'il s'agit bien d'un personnage ayant le môme nom et qu'il
aura rendu compte de la présence du second signe, ce qu'il n'a pas fait
encore, ainsi que je l'ai dit plus haut. Les fragments de grandes jarres
y auront été jetés par mes ouvriers qui n'en connaissaient pas le prix, et

1. FI. Pétrie : The royal tombé uf the /irst dyiuuty, II, p. 7, n° *J.
loading ...