Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 660
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0311
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
660

LES NOUVELLES KOL'ILLES D'ABYDOS

observations contredisant les affirmations île M. Pétrie se presseront en
foule sous ma plume.

I. Tout d*abord le roi Akâ. Ce roi a été identifié avec Ménès, d'après
la plaquette d'ivoire trouvée par M. de Morgan ^dans le tombeau qu'il
a exploré, à Neggadeh : presque tous les égyptologues ont adopté
cette identification proposée, comme je l'ai déjà dit par M. Borchardt,
puis par M. Maspero : M. Naville seul avec moi n'a pas adopté cette
identification, et je crois avoir démontré dans le troisième volume,
d'après la tablette d'ivoire que j'ai publiée, qui est complète et qui cor-
respond partie par partie à la tablette de Neggadeh, que ce qu'on a pris
pour le nom du roi est le nom de la salle du vautour de la Haute Egypte
et de l'uraeus de la Basse-Egypte, la Stable. Il ne s'agit donc pas de
Ménès dont le nom est encore à trouver. La tombe du roi Ahâ était
certainement à Neggadeh, et non pas à Abydos, malgré l'hypothèse de
M. Pétrie qui fait de celle là le tombeau de la femme de Ménès. Il y a
contre cette hypothèse le fait que la tombe de la reine aurait été beau-
coup plus monumentale que celle de Ménès, et cet autre fait que presque
toutes les offrandes royales étaient marquées au nom d'Allé. En outre, la
position sociale de la femme à cette époque de la civilisation égyptienne
n'était sans doute pas celle qu'il aurait fallu pour justifier un pareil
déplacement de luxe funéraire. M. Pétrie a cru que les signes ^ ^
qui se voient fréquemment sur les vases en ivoire formaient le nom
de la reine : j'en ai trouvé de semblables sur les mêmes vases en ivoire
dans les tombeaux adjacents à la tombe d'Osiris : toutes les reines se
seraient elles nommées Neit-hôtep? De plus, on a trouvé certainement
des noms de femmes sur les stèles qui ont été mises au jour : ces noms
ont tous un déterminatif, celui de la femme : pourquoi le nom de la
reine n'en aurait-il pas eu un ? Ne serait-il pas plus probable que le nom
du contenu ait été gravé sur le vase, d'autant mieux que ce nom est
presque toujours le même à Neggadeh comme à Om el-Ga'ab? Si les
monuments d'Abâ se sont trouvés à Om el-Ga'ab pendant que sa tombe
est à Neggadeh, il n'y a qu'une manière d'expliquer leur présence dans
la nécropole d'Abydos : c'est qu'ils s'y trouvaient par suite des actes
du culte funénaire accomplis par ce roi Ahâ, en souvenir des rois ses
loading ...