Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 665
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0316
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS (>65

ticle où M. Maspero a fait connaître ces identifications que j'appris pour
la première fois que ma concession m'avait été enlevée; j'en écrivis de
suite à M. Pétrie et je lui demandai ce qu'il fallait penser de ce qu'avait
dit M. .Maspero. Il me répondit que « les monuments étaient conclusifs
[sic) », voulant dire concluants. Voici celui qui a rapport au roi Ada-
rep : il se trouve sur des cylindres en terre servant à boucher les
grandes jarres, et le lecteur trouvera à la pl. LI les dessins qui ont été
photographiés sur ceux de M. Pétrie1. Le premier contient alternative-
ment : l'épervier Adarep, le roi de la Haute et de la Basse Egypte, Mer-
bapen. Si le second terme était une simple apposition au premier, il
serait indéniable que l'épervier Adarep dut être identifié avec le roi
Merbapen ; mais nous avons vu plus haut que les relations grammaticales
n'étaient pas indiquées dans ces inscriptions et que pour dire : Huile pour
l'épervier Den, on disait simplement : Épervier Den, huile. Si nous appli-
quons ici cette même règle, nous traduirons : A l'épervier Adarep, le roi
de la Haute et Basse Egypte Merbapen ou Merbapa, et nous n'y verrons
de nouveau que la mention d'un acte du culte funéraire rendu par le roi
Merbapa à son prédécesseur. Les trois numéros suivants doivent s'ex-
pliquer parla même règle. Nous y voyons que le nom du roi Merbapa

est inscrit dans un rectangle à porte, soit avant, soit après □ j/;
dans les deux premiers cas, les titres et le nom du roi Merbapa précè-
dent le rectangle à porte, mais dans le troisième ces titres et ce nom
sont inscrits dans le rectangle avant les trois signes que je viens de

transcrire. Dans le premier cas, sous le rectangle on lit Ja i c'est-
à-dire le nom de l'offrande; dans le second cas, cette partie de l'ins-
cription n'a pas été imprimée sur la terre du bouchon; dans le troi-
sième cas, les noms de l'offrande ont été inscrits dans un rectangle
sans porte dans le premier exemple, avec porte dans le second
exemple, pendant que le second rectangle qui contient le nom du roi
n'a pas de porte. En appliquant à ces divers cas la règle que j'ai suivie
précédemment, on traduit tout simplement : Chambre du roi de la

1, Kl. Pétrie : The royal tombs of the first dynasty, I, pl. XXVI, a"' 57, 58, 59 et 60.
loading ...