Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 668
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0319
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
668

LES NOUVELLES FOUILLES IJ'ABYDOS

autres fragments1 écrits comme sur le fragment de pierre dure que j'ai
cité plus haut, je ne le nierais pas le moins du monde et je dirais que je
suis persuadé qu'il s'agit du roi Hesepti dont l'image est gravée à la
suite ; mais j'ajouterais que c'est encore là un souvenir des actes du culte
funéraire perpétué par l'oblation de tablettes au nom de l'oblateur et
que ces tablettes devaient se trouver selon toute probabilité, dans la
tombe de celui auquel on les avait offertes. Et maintenant, je le demande
à mes lecteurs, que reste-t-il de l'identification proposée par M. Pétrie,
et donnée par lui avec un tel air d'infaillibilité?

VI. Le roi Qâ. Ce roi a été identifié par M. Pétrie avec le roi Qebeli
de la liste de Séti Ier, le Biénékhès de Manéthon, c'est-à-dire le dernier
roi de la première dynastie, non pas pour des raisons semblables à
celles des deux rois précédents, mais sur la position de la tombe et sur
le remploi des vases. J'ai déjà montré que la position des tombes était
autre que celle adoptée par M. Pétrie; d'ailleurs il y a là un vice de
raisonnement ; ce n'est pas après avoir rangé les tombes dans l'ordre
que l'on a voulu leur donner qu'il faudrait dire : l'ordre des tombes est
d'est en ouest; il faudrait d'abord prouver que cet ordre va bien d'est
en ouest, et confirmer cet ordre par la position des tombes. Or, c'est
ce que M. Pétrie ne pourra jamais faire, pas plus qu'un autre, à cause
de la spoliation ancienne et, s'il le veut, de la spoliation récente que
j'ai dirigée. En outre, le remploi des vases gravés au nom d'un roi par
usurpation d'un autre roi est l'une de ces imaginations écloses dans le
cerveau de M. Pétrie, et que l'examen minutieux et sérieux du frag-
ment où se trouvent les noms de Hesepti et de Semenptah suffit pour
juger, puisque la gravure est la même et que l'origine est un acte du
culte des ancêtres. M. Pétrie a donné à ce roi le nom de Sen et c'est
par suite de ce nom qu'il a cru devoir l'identifier avec le roi Qebeh et le
placer à la fin de la première dynastie. Il a en effet trouvé, selon ses
propres paroles, « un fragment d'une mince tablette d'ivoire à l'est de la
tombe deQà. Elle semble donner un nom royal inconnu, Sen... sans le
vautour et l'uneus. Gomme Qà succéda à Mersekha, nous nous serions

t. Fl. Pétrie : The rtyal tombs of the first dynasty, I, pl. XIV, n°" 9 et 12 a.
loading ...