Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 669
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0320
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ÀBYDOS 669

attendu à trouver le nom de Qebh. Il semble possible qu'un signe sen
avec une très petite base (comme sur une stèle, pl. XXXIV, 13) aurait
été pris par un scribe postérieur pour le vase kebh, et le n en dessous
pour le déterminatif de l'eau. Quand on a vu Setouichangé en Hesepti,
Merbapa en Merbap et la figure du numéro 26 de la planche XVII
changée en une statue de Ptah, nous pouvons bien croire à une confu-
sion possible de la forme primitive de sen avec kebh 1 ». Ainsi M. Pétrie
n'hésite pas sur une simple possibilité, car tout est possible, à donner
le septième rang dans la première dynastie à un roi dont il lit le nom

Sen et à l'identifier avec le roi Qebh, dont le nom s écrit ^ JJ \ sur la

table d'Abydos, et ^\ tandis que selon lui le nom de ce roi

s'écrivit primitivement \^ . Évidemment M. Pétrie a cru que le nom de

ce roi s'est écrit primitivement et c'est ce seul signe qui aurait rem-

placé le groupe le signe £ ayant été pris pour \l et le signe

ayant été regardé comme le déterininatil de l'eau. Or, jamais à ma con-

naissance le signe \l n'est déterminé par un ~ww* simple, mais toujours
par trois signes , et de plus jamais le signe seul n'a signifié

eau, mais ce sont les trois signes qui signifie eau : il est presque

puéril de le rappeler, mais il le faut bien quand on l'oublie volontaire-
ment. De plus, si nous examinons le monument que je reproduis ici,
nous voyons d'abord que la tablette est incomplète et qu'il en manque
un bon tiers, sinon la moitié, ce qu'on voit en la comparant avec d'au-
tres, comme le numéro 26 de la même planche, car toutes ces tablettes
se ressemblent et sont gravées d'après les mêmes idées et les mêmes
principes; puis nous voyons que les signes sont tournés vers la droite,

sauf les deux groupes qui commencent la seconde ligne verticale,
qui sont affrontés avec le signe perché sur le rectangle, coninu

1. Kl. Pétrie : The rorol tombé of the first dynastr, II, p. 23, 29.
loading ...