Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 672
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0323
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
672

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

cation de ces rois tentée par M. Pétrie suffira, j'espère, et je n'ajoute-
rai rien ici.

XYIll. Le roi Hôtep.....que M. Pétrie appelle Hôtep ahaoui est le pre-
mier des noms royaux qui se trouvent sur l'épaule de la statue n° 1 du mu-
sée autrefois de Gizeh, maintenant du Caire si l'on a gardé la môme numé-
rotation. Le nom de ce roi a été trouvé par moi-même sur un fragment de
vase en cristal de rochedans les décombres, à peu près à la profondeur du
milieu, qui remplissaient les chambres du grand tombeau de Set et de
Horus.ou Khasekhemoui, et M. Pétrie dit aussi l'avoir trouvé dans la
tombe de Perabsen. Il ne fait aucune mention de ma trouvaille et tire de
la sienne la conclusion assez inattendue que ce roi, ainsi que deux autres
qui sont dans le même cas, ont précédé Perabsen « comme c'est la règle
sans exception », dit-il'. C'est une nouvelle manière de considérer la
chose : un roi meurt, ses survivants lui rendent les offices du culte funé
raire ; parmi les preuves de ce culte se trouvent des vases marqués au nom
d'un roi qui n'est pas celui auquel appartient la tombe ; conclusion : ces
rois ont précédé dans la vie et dans la mort celui dans le tombeau du-
quel on a trouvé ces preuves de leur piété. Pourquoi en est-il ainsi?
M. Pétrie, se basant sans doute sur la prétendue usurpation de certains
vases dont il a été question précédemment, répond : C'est la règle in-
variable. Mais je vous ai démontré que les vases n'ont pas été usurpés,
que la gravure sur ces vases est la même sur le vase soit pour le dédi-
cateur, soit pour l'usurpateur ! —n importe, c'est une règle invariable.
— II y a bien ici une règle invariable, mais elle est précisément le con-
traire de celle que présente M. Pétrie avec tant d'assurance : les objets
trouvés dans la tombe d'un roi sont ou contemporains ou postérieurs à
ce roi. Qu'on prenne toutes les tombes que l'on voudra, on n'y trouvera
pas une seule exception. Mais il est assez inutile de s'appesantir sur
un pareil manque de logique. Je reviens au nom de ce roi que M. Pétrie

1. Fl. Pelrio : The royal tomhs of the first drnasty, II, p. 5, n° 6 « by the unhroieri
law here ».

2. Fl. Pétrie, The royal tomhs of the first dynasty, II, p. 51, n° 8.
loading ...