Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 673
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0324
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

673

si le lecteur veut bien se reporter à la planche XXI du second volume
de cet ouvrage, n° 6, il y trouvera le monument trouvé dans la tombe
de Set et de Horus, et il verra que les deux signes placés sous =â» ne
sont pas semblables l'un à l'autre, que le premier ne ressemble ni à

f1 ni à et que le second est entièrement fermé par le haut. Si
dans les fragments trouvés par M Pétrie, les signes se ressemblent et
semblent ouverts par le haut, c'est que la gravure a été faite rapide-
ment et que le graveur ne s'est pas attaché aux détails et a voulu en
finir vite, ce qui n'était pas possible sur du cristal de roche matière
beaucoup plus dure, et où il a plus soigné son travail, la matière ayant
plus de prise. La preuve qu'il en a été ainsi se trouve sur la statue de
Gizeh ou du Caire : la gravure de cette statue donne les mômes signes
que le fragment de cristal de roche, comme on pourra s'en convaincre
se reportant à la page 254 du premier volume de cet ouvrage. Par con-
séquent le nom de ce roi n'est pas tel que l'a lu M. Pétrie, et la place
qu'il lui assigne dans la liste des rois égyptiens n'a aucun autre fonde-
ment plus solide que la fantaisie de M. Pétrie : il n'y a qu'une chose
de certaine, c'est que ce roi a précédé les deux suivants.

XIX. Le roi Hàneb. C'est le second des rois dont les noms ont été
gravés sur l'épaule de la statue du musée de Gizeh dont il vient d'être
question. Dans le fragment quej'ai trouvé parmi les décombres du tom-
beau de Set et de Horus, le nom de ce roi est écrit ® * , et de même
dans le fragment publié par M. Pétrie; mais dans le premier cas, il est

suivi de \ et dans le second de LU ... avec une lacune. Est-ce que

tous ces signes constituaient le nom du roi ? ou bien les deux derniers
signes forment-ils un nouveau membre de l'inscription, contenant peut-
être le nom de l'o blateur? C'est ce que je ne suis pas en état de décider.
D après la statue de Gizeh, il suivit immédiatement le roi précédent;
je ne peux rien dire de plus.

g g

1. Ce signe J se trouve sans doute a cette époque lait ainsi "~ j~ : voir le n° 4 <le la
pl. XXI du deuxième volume de cet ouvrage. M. Gritïilh a lu les deux signes en litige
Sekliemoui, hypnotisé sans doute par les deux sceaux fort différents de Set et de Horus.
loading ...