Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 674
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0325
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
674 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

XX. Le roi Nouteren. C'est le troisième roi dont le nom nous a été
conservé par la statue dont il vient d'être question. Sur l'un des frag-
ments cités pour M. Pétrie, l'inscription donne, comme sur le mien,

2-^2 Sé> «Jw M. Pétrie en conclut que c'est le roi Nouteren

qui a usurpé le vase au nom de Râneb et il est suivi dans sa conclu-
sion par celui auquel il confie le soin de traduire les monuments qu'il
découvre. Décidément il fait école, mais ce n'est pas école de logique.
Là encore la gravure est bien la même œuvre du même ouvrier : le roi
Nouteren est mentionné le premier, et le roi Râneb le second : c'est
une preuve aux yeux de ces Messieurs que c'est Nouteren qui a usurpé
le vase au nom de Râneb. Mais la présence des titres royaux devant le
nom de Nouteren seulement montre que Nouteren était fils de Râneb,
et que la filiation s'exprimait alors comme elle devait s'exprimer en met-
tant le nom du fils devant le nom du père de même qu'on fait encore
aujourd'hui. Ibrahim Mahmoud veut dire Ibrahim fils de Mahmoud? Si
l'on objecte que sur le monument de M. Pétrie, il y a le nom de la
tombe de ce roi, comme il le dit, et que ce nom est gravé à droite, à une
distance assez grande du reste de l'inscription qui est à gauche, je
répondrai que cet écartement est précisément en faveur de la thèse
que je soutiens, et que d'ailleurs la disposition des hiéroglyphes
tournés vers la droite dans l'inscription de gauche, et vers la gauche
dans l'inscription de droite est encore en faveur de mon opinion. Il
est facile de comprendre que l'usurpateur, s'il y a eu usurpation,
trouvant le nom du roi Nouteren avec ses titres ait lait graver son
nom après celui -ci, sans le faire précéder des tires royaux, et qu'il
ait fait en face graver le nom de la salle de ses offrandes, ou de son
habitation, ou de sa tombe, ou encore d'un lieu autre, tandis qu'il
ne serait que fort difficilement compréhensible que le roi Râneb eût
fait graver son nom sans titres, loin du nom de sa tombe, pour parler
comme M. Pelrie, et que le roi Nouteren eût fait graver le sien, avec ses
titres, avant le nom de Râneb et entre les deux inscriptions. Mais s'il
en est ainsi, les deux monuments dont je parle sont en contradiction
avec l'ordre de la statue de Gizeh? Evidemment : il y a là un problème
historique à résoudre, qui ne sera probablement jamais résolu, mais
loading ...