Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 676
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0327
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
676 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

le nom du second roi de la Ire dynastie Teta, il en a conclu que le roi
Zerta devait être identifié avec Teta, et l'incertitude qui régnait dans
son esprit, quand il écrivit et publia son premier volume, avait complè-
tement disparu, quand il écrivit et publia le second. Examinons atten-
tivement et sérieusement quelles ont été les raisons qui ont conduit
M. Pétrie à cette identification aventureuse. M. Pétrie a trouvé un
assez grand nombre de cylindres au nom de ce roi, comme j'en avais
trouvé de mon côté. Sur quelques-uns de ces cylindres le premier
signe ayant toujours la même forme est suivi de deux traits horizontaux,
tandis que dans la plupart il n'y a qu'un seul trait horizontal pour an-
noncer la partie supérieure de l'habitation et la séparer du nom, ainsi
que le lecteur le verra à la pl. LI. C'est le premier de ces deux traits que
M. Pétrie lit ta ; mais si ce premier trait formait un signe séparé, il res-
terait dans la largeur du champ occupé par le premier signe et n'irait
pas rejoindre les deux grands côtés du rectangle, comme il le fait. 11
y a donc là une première raison grave tendant à prouver que ces deux
lignes .= ne doivent pas être séparées du rectangle. Mais il y en a
d'autres beaucoup plus fortes encore, c'est tout d'abord que sur la gé-
néralité des cylindres ces deux lignes parallèles n'existent pas; puis,
sur d'autres monuments où se trouve ce nom, soit enfermé, soit non
enfermé dans le rectangle, ces deux lignes n'existent pas davantage, en
particulier sur un plateau d'ivoire où la gravure est très nette et très
soignée'. M. Pétrie est donc encore pris sur le fait; sur le moindre
signe qui peut être ou ne pas être expliqué conformément à ses théo-
ries risquées et ruineuses, il s'appuie comme sur un mur ayant des fon-
dements solides, et ne daignerait pas une minute s'attarder aux obser-
vations de quelque confrère qui lui semble bien au-dessous de lui. La
conséquence en est que le roi Zerla ne s'appelait pas ainsi, mais Zer (?),
en admettant pour un moment cette lecture, qu'il n'y a aucune raison
de l'identifier avec le second roi Teta, de la Ire dynastie.

XXII. Le roi ( A'e ou Nou, ou peut-être encore toute autre lec-
ture. Le nom de ce roi, le lecteur se le rappellera sans doute, a été

1. Pl. XV, n« 8.
loading ...