Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 678
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0329
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
678 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

(luire à une conclusion entièrement différente. Peu lui importe que le

ÎWAAA*
P ,

l'Ouadjnès qui répond au Tlas de Manéthon, et que ce nom soit diffici-
lement réductible à la forme Perabsen, il ne lui en octroie pas moins la
quatrième place dans la II" dynastie. Cependant ici encore, entre l'opi-
nion des Egyptiens sur la place des rois qui les ont gouvernés et celle
de M. Pétrie sur ces mômes rois à une distance de soixante siècles en-
viron, il semble bien qu'un esprit sensé ne doive pas cboisir le système
de M. Pétrie. 11 est vrai que ce système est fondé sur les monuments,
mais il faut ajouter que c'est sur les monuments interprétés par M. Pé-
trie, ce qui enlève toute valeur à son interprétation et à son classement.
Avant d'achever ce que j'ai à dire sur ce roi, il me faut parler du sui-
vant que .M. Pétrie identifie avec ce même Perabsen.

XXV. Le roi Sekliemab. M. Pétrie dit à ce propos : « Les sceaux de
la tombe de Perabsen nomment en plusieurs cas un roi Sekliemab, et
cela aurait pu conduire à des difficultés, n'eût été un sceau unique
(F. P. collection) qui l'ut trouvé en un certain site inconnu, il y a quel-
ques années, avec la forme Sekhemperabsen, montrant les deux noms
combinés '. » Comme le rectangle qui contient le nom de Sekhemab
est toujours surmonté par l'épervier, tandis que celui qui renferme le
nom de Perabsen porte toujours l'animal tvphonien, M. Pétrie en con-
clut que le premier est le nom de Horus et le second le nom de Set du
roi Perabsen *. Je suis loin de nier l'existence du sceau dont parle AI. Pé-
trie, mais, puisque ce sceau se trouve dans sa collection, si j'interprète
bien les deux initiales F. P., on doit avouer qu'il a perdu une bonne oc-
casion de le publier et que pour un homme qui tient à tout publier et
qui s'entoure de tous ( !!) les moyen d'arriver à la vérité, il s'est donné
volontairement le plaisir de manquer superbement à sa méthode. En
acceptant toutefois ses données, j'observe qu'il a encore outrepassé les
droits que lui donnait ce sceau, car l'identité qu'il préconise est celle
d'un roi Sekhem-Perabsen, et non celle d'un roi Sekhemab-Perabsen,

1. F. Pétrie, The royal tomhs of the firxt dynasly, II, p. 31.

2. lbid., p. 31.
loading ...