Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 681
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0332
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 681

' 1 est un nom d'offrande, sans doute une sorte de gâteau. Voilà les
raisons péremptoires pour lesquelles M. Pétrie a placé un roi qui n'existe
peut-être pas à la quatrième place de la lre dynastie, car ce roi n'a
aucun des titres qui marquent la royauté et vraisemblablement c'est une
femme.

XXVIII. Le roi Ka... Ce roi dont le nom a été trouvé avec ou sans
épervier est bien un roi qu'il faut sans doute ranger parmi les anciens
rois de l'Egypte, mais non parmi les plus anciens, car son tombeau se
trouvait d'après M. Pétrie dans le premier plateau à l'est des collines
d'Om el Ga'ab.

Si de ces vingt-huit rois on retranche les trois rois qui sont très pro-
bablement tous les trois de la première dynastie, Hesepti, Merbapa et
Seniemptah, plus le roi incertain Horhôtep, plus le roi prétendu que
M. Pétrie appelle Merneith et qui était vraisemblablement une reine, on
voit qu'il en reste 23, dont un seul est à l'actif de M. Pétrie, et encore
je ne compte pas le roi qu'on a appelé Khasekhemoui. De ces 23 rois,
14 avaient été découverts la première année de mes fouilles et publiés
dans le premier volume de cet ouvrage, sans compter que la plupart
avaient été signalés dans le premier volume des Recherches de M. de
Morgan sur les Origines de l'Egypte. Or, je ne puis le dire qu'avec un
grand serrement de cœur, quand des égyptologues français ont eu à
parler de ces divers rois parus tout à coup à la lumière, on a renvoyé
aux ouvrages de M. Pétrie qui n'en a découvert qu'un seul, sans men-
tionner l'ouvrage où je montrais que 14 étaient venus à la lumière par
suite de mes fouilles. Et non seulement cela, mais on a adopté sans exa-
men, on a loué l'ordre dans lequel M. Pétrie a rangé ces souverains
primitifs de la vallée du Nil sans se donner la peine d'examiner si ses
théories répondaient à la réalité : je n'ai eu pour moi qu'un silence
dédaigneux, injuste au premier chef, ou des accusations injurieuses
provenant des calomnies anglaises.

Maintenant dans quel ordre doit-on ranger ces rois! J'ai déjà dit quel
était mon sentiment sur la position successive des tombes et je crois
qu'il ne peut à présent rester aucun doute sur la question de savoir si
Osiris occupait la tombe centrale de la grande colline. Il n'y avait pas
loading ...