Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 691
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0342
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

691

rien en Abydos. Ils savent que les dieux ne sont autres que des hommes
déifiés après leur mort et la chose est dite spécialement d'Osiris qui est
gardé en la ville de Saout par les préservatifs qui lui appartiennent en

son nom c'est-à-dire de préservateur ou protecteur. On ne peut

rien désirer de plus clair. Et ce n'est pas seulement à la VIe dynastie
que l'on pensait ainsi, c'est bien longtemps auparavant, car la date de
ces textes se perd dans la nuit des temps. Ainsi donc, aux yeux des
Égyptiens Osiris avait bien vécu, il avait été enterré à Abydos par Ho-
rus et Anubis, et c'est précisément en Abydos, que j'ai rencontré son
tombeau où était conservé le chef du dieu. La question me semble donc
réglée pour Osiris qui a été, je le dis sans ambages, un roi d'Egypte
comme un autre de ses prédécesseurs ou de ses successeurs.

Et maintenant que faut-il penser de Set et de Horus ou de Khasekhe-
moui? A propos de ce nom, il y a actuellement deux opinions fort dis-
tinctes, l'une qui fait d'un seul personnage, appelé Khasekhemoui, un
roi, et l'autre qui en fait deux dieux, à savoir Set et Horus : la première
est celle de tous les égyptologues, sauf un seul; la seconde m'est per-
sonnelle et j'ai été le seul à la défendre. A ma connaissance deux au-
teurs seulement ont essayé de déterminer la place de ce Kkasekhemoui
dans la liste des rois d'Égyple, M. Pétrie et M. Naville. Mais ces deux
auteurs sont loin de s'accorder ensemble, et la cause de leur divergence
d'opinions, c'est que M. Quibell, dans ses heureuses fouilles d'El-Kab,
a trouvé un roi dont le nom est le même que Khasekhemoui, sauf qu'il
n'a pas la terminaison du duel, s'appelant Khasekhem. M. Naville en
fait un seul et unique roi avec Khasekhemoui, en disant que le roi Kha-
sekhem rendit de grands services à la cause de l'Egypte par ses exploits
et ses conquêtes sur les peuples du Nord et que peut-être Khasekhemoui
est le roi Merbapa ou Miébidos '. M. Pétrie au contraire avec aussi peu
de fondement que M. Naville en tait deux rois distincts qu'il place tous
deux dans la seconde dynastie, l'un à la cinquième place, l'autre à la
septième. Si à ces deux auteurs j'ajoute M. Maspero qui se dit avoir été
conduit par plusieurs indices à penser que Perabsen est le nom de

1. Ed. Naville, Les plus anciens monuments égyptiens, II, p. 11 du tirage à part.
loading ...