Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 693
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0344
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 693

autre qui a été nommé Khasekhemoui ? Le fait que M. Quibell a trouvé
deux blocs de granit avec le nom de Khasekhemoui et un troisième bloc
avec des noms de divisions territoriales, à ce qu'il dit, car la planche de
son deuxième volume ne permet pas de porter un jugement motivé, ce
fait, dis-je, peut il s'expliquer autrement que par un nom de roi? Peut-
être. Rien n'indique qu'il s'agisse ici d'un roi : il peut tout aussi bien
s'agir de deux divinités auxquelles le temple aurait été dédié, car les
deux premiers blocs pourraient se comparer aux petits blocs rectangu-
laires qui se trouvent en avant du temple de Séti Ier à Abydos, à l'extré-
mité de la salle hypèthre et en avant de la première salle hypostyle, ou
encore comme la porte de la salle B dans le temple de Ramsès II encore
à Abydos, gisant maintenant à terre au milieu du temple, et sur lesquels
sont représentés des tableaux dont les deux premiers sont des scènes
d'offrandes à la divinité du temple, c'est-à-dire à Osiris1. De même les
noms des deux divinités auraient été écrits sur les deux blocs, car à cette
époque on ne faisait pas encore des représentations de scènes religieuses,
et le troisième bloc avec les divisions territoriales rappellerait la liste
des nomes qui se trouve dans ces deux temples et dans d'autres. S'éton-
nerait-on qu'on eût dédié un temple à ces deux dieux, je rappellerais que
M. Quibell a trouvé l'épervier de Horà ce môme endroit, qu'El-Kab ou
Iliéraconpolis ne sont pas fort éloignés d'Edfou, et qu'à Edfou les Ptolé-
mées firent construire un temple encore debout, dédié tout entier à Ho-
rus et à ses combats avec Set; comment pourrait-il donc être étonnant
que, dans le même nome, on eût bâti à El-Kàb un temple aux deux
grands adversaires et cela en un temps où ils étaient honorés et appelés
les deux dieux, lorsque plus de cinquante siècles plus tard, alors que les
légendes d'autrefois se sont tassées, codifiées et stéréotypées en quel-
que sorte, qu'on a tait le partage entre le vainqueur et le vaincu, le bien
et le mal dans les idées populaires, on en ait construit un au seul IIo-
rus, vainqueur de Set? Et ce temple aurait été bâti, non à l'époque pré-
historique, mais pendant les deux premières dynasties historiques 2.
Un fait vient confirmer cette manière de voir : je le trouve dans la

1, Mariette, Abydos, II, pl. 11.

2. C'est aussi le sentiment de M. Quibell.
loading ...