Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 695
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0346
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 695
cette phrase dit:0^^^-,^^,!^.^ \ © ^ ^ ^

^ © ^ — -wv, I ;ce que

M. Maspero traduit ainsi : « Isis et Nephthys, t'ont gardé dans Saout (la
ville gardienne) de leur maître qui est en toi, [en] ton [nom! de Maithe
de Saout (la ville gardienne) de leur Maître qui est en toi, et en ton nom
de Dieu 1 ». Il n'est personne qui ne voie du premier coup combien
cette phrase est extraordinaire, et même en admettant qu'il y ait des
calembours, comme le dit M. Maspero dans la note que j'ai citée, ce
texte demeure malgré tout extraordinaire à cause de la répétition de la

même partie de phrase I^^^^T"®^"^^ J^»î je
serais fortement tenté de regarder ces mots comme une erreur de co-

1

piste qui aurait dù écrire après le premier de suite

ce qui donnerait comme sens:« Isis et Nephthys t'ont gardé dans Saout
de leur maître qui est en toi en ton nom de dieu », c'est-à-dire de pro-
tecteur ou de gardien. Si d'ailleurs il faut regarder le texte comme non
fautif, ce sera exactement le même sens et en ton nom de dieu, c'est-à-
dire de protecteur, doit être regardé comme une apposition des mots
qui précèdent, et il ne faut pas mettre la conjonction et avantce membre
de phrase puisqu'elle n'existe pas dans le texte. Et de plus je sais que
les Egyptiens parlaient d'un temps où il n'y avait eu ni vivant, ni mort,
ni Dieu, ni homme, parce que rien n'était vivant; c'est du moins ce qui
se trouve dans un texte gravé dans la pyramide de Pépi Ier. Le voici :

^ ° : « alors qu'il n'y avait pas de ciel, alors qu'il n'y avait pas de

1. Pyramide de Tel:, 1. 276-277.

2. Le texte contient au lieu que donne le membre de phrase précé dent.

M. Maspero met en note : « La phrase ne peut se comprendre qu'à condition qu'on donne
au nom de ville Saout le sens qu'il aurait, s'il était nom commun : Isis et Nephthys l'ont

sauvé dans la ville de Saout par les actes préservateurs de ton maître Osiris

qui est en toi. »
loading ...