Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 698
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0349
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
698 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tifiée en eux' ». Quelles sont ces deux grandes formes dont le texte
parle, c'est-à-dire ces deux Sekhem ou ces Sekhenioui ? L'éditeur-tra-
ducteur de ces textes va nous répondre ; après avoir expliqué dans une
note ce que l'on peut entendre par tu annonces aux dieux que tu as pour-
frontières les fossés (?), il ajoute : « Ce qui suit sur Hor et sur Sît prouve

que les deux Sekhem

P»kr

sont ces deux dieux' ». Et en effet,
ces deux grandes formes sont déterminées ensuite quand Pépi Ier, le
mort, est assimilé à Horus dans sa marche et à Set dans ses paroles.
Ainsi il est donc bien établi que les Sekhenioui désignent Set et Horus.
Ce n'est pas moi qui l'assure, ce sont les textes égyptiens qui le pro-
clament et c'est M. Maspero qui le reconnaît.

Et ce n'est pas tout. Dans un second passage de la môme pyramide,
dans un chapitre destiné tout entier à identifier le défunt avec les divi-
nités du cycle d'Osiris, et par delà jusqu'aux dieux de la première En-
néade divine, celle de Rà, il est dit : >< Hor a pris son œil, il l'a donné à
ce Pépi, et l'odeur de ce Pépi est l'odeur de dieu, l'odeur de l'œil de
Hor (qui se propage) à la chair de ce Pépi; ce Pépi se glisse sous l'œil
et ce Pépi s'asseoit sur le grand siège des dieux et Pépi s'élève jusqu'à

Toum entre les deux sceptres j , car c'est Pépi ce (corps) malade des
dieux dans les bras de l'œil de Hor; l'œil a cherché Pépi dans Pou, il a
trouvé Pépi dans On, il a jeté Pépi sur Sît en cette place où ils se
battent3 ». A l'endroit où il est question des deux sceptres, le texte

donne : ~ ~ (M i £ 4 + } " \ ^ ° k ? Y \ i *£
dire, non pas comme Ta cru M. Maspero « entre les deux sceptres »,
mais « par la force des Sekhenioui, « ou même » entre les Sekhenioui ».
Le contexte montre en effet que le défunt passe de dieu en dieu et arrive
jusqu'à Toum ; que Lui feraient ici les deux sceptres ? c'est ce qu'on ne
comprend pas très bien, tandis qu'on sait très bien que Horus et Set lui
seront d'un grand secours, puisqu'on a eu soin de l'assimiler à ces deux

1. Pyramide de Pépi Ie', l. 72-75.

2. Recueil de mon. relatifs à la ling. et à l'arch. égypt. et assyr., V, p. Ifi8. note I.

3. Pyramide de Pépi, I", 1. 458.
loading ...