Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 700
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0351
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
700 LES NOUVELLES FOUILLES D ABYDOS

raient ainsi ne montreraient pas le souci de chercher la vérité. Qu'est-
ce que peut me faire au début du xxe siècle l'existence d'Osiris, de Set
et de Horus qui ont disparu de la terre des vivants depuis une dizaine
de mille ans environ? Absolument rien; ils ne m'occasionneront ni ri-
chesse, ni gloire, ni même une célébrité que je ne recherche pas; si je
soutiens qu'ils ont existé, c'est que je crois avoir eu des preuves deleur
existence, et que cette existence a une importance d'autant plus impor-
tante qu'elle nous est une preuve de plus que l'origine de la religion
doit être recherchée en très grande partie dans le culte des ancêtres et
non dans des spéculations transcendantes qui peuvent bien plaire à nos
idées actuelles parce qu'elles témoignent que les hommes sont fort in-
génieux à trouver des explications plausibles à propos de choses qui
n'ont jamais existé, mais qui n'ont d'autre réalité que d'avoir été ima-
ginées par des esprits avisés. Je n'ai pas la prétention d'avoir fait cette
découverte : d'autres, et de plus célèbres, qui méritent plus de créance,
l'ont dit avant moi, d'autres le diront encore après moi.

Si de cette question je passe maintenant à une question voisine, le
nom de Perabsen trouvé seul dans le rectangle qui représente le palais
du double, pendant que sur la stèle de Schiri ce même nom est placé
dans un cartouche, et que j'en cherche la solution, une seule me paraît
probable, à savoir que le nom de double, pour employer ici cette déno-
mination qui ne lardera pas à être reconnue abusive et qui se démodera,
était le même que celui du roi, parce que, à cette lointaine époque, on
ne portait encore qu'un seul nom, même quand on était roi de l'Egypte
inférieure comme de 1 Egypte supérieure. Plus tard on en ajouta un se-
cond, et plus tard encore un troisième. S'il en est ainsi, la chose est
grosse de conséquences, car la première conclusion à en tirer serait que
tous les noms de rois trouvés seulement dans la maison rectangulaire,
avec l'épervier ou l'animal typhonien, sont des noms de rois préhistori-
ques, tandis que les noms des rois de la première dynastie et des dy-
nasties suivantes sont écrits simplement comme des noms ordinaires, et
ne sont point entourés d'un cartouclie. La seule difficulté qu'il y aurait
à adopter cette hypothèse, c'est la présence du nom de Merbapen dans
un rectangle avec un nom de double qui ne serait pas le sien; mais j'ai
loading ...