Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 705
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0356
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÉTUDE DES SILEX RECUEILLIS PAR M. AMÉLUNEAU

DANS LES TOMBEAUX ARCHAÏQUES D ABYDOS '

Parmi les innombrables objets du plus grand intérêt que M. Améli-
neau a découverts dans ses fouilles des tombeaux archaïques d'Abydos
durant trois années consécutives, il y avait une nombreuse collection
de silex : 7 à 800 éclats et lames, une cinquantaine de couteaux et
364 pointes de llècbes.

Les pointes de flèches proviennent toutes d'un tombeau sans nom qui
précédait la grande colline de débris sous laquelle était enfoui le tom-
beau d'Osiris. Quant aux couteaux, aux éclats et lames de silex, ils
proviennent du tombeau que M. Amélineaua dénommé de Set et Horus
et que d'autres égyplologues appellent tombeau de Kha-Sekhemoui.

La plupart des grands couteaux et des éclats ont été trouvés partie
dans la couche supérieure des décombres, partie dans la couche infé-
rieure remplissant les chambres du tombeau Mais la plus grande quan-
tité de ces silex a été trouvée sur le sol de deux chambres sépulcrales
que, pour cette raison, M- Amélineau a dénommées chambres aux silex.

M. Amélineau a bien voulu me confier l'étude de ces curieuses séries
et c'est le résultat des observations ainsi faites durant une élude minu-
tieuse de ces pièces que je voudrais consigner ici !.

Pointes de flèches.

Les charmantes pointes de flèches dont la photogravure de la
planche I (voir planche à la fin de ce mémoire) peut donner une bonne
idée, étaient toutes d'un travail admirable. Il n'est pas possible de voir
des retouches plus fines, plus délicates et plus habiles La maestria des
Egyptiens pour la taille du silex dépassait celle de tous les peuples

1. Reproduit de la Revue de l'Ecole d'Anthropologie de Paris, mars 1904.

2. M. Amélineau m'a confié également divers types de lins instruments en silex, de
très belles pointes de flèches en quartz et d'autres en ivoire et eu bois, souvent encore
emmanchées.
loading ...