Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 706
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0357
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
70G

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

connus. Les Danois ont fait des pièces plus grandes, merveilleusement
retouchées, mais ils n'ont jamais atteint la finesse et la délicatesse des
Egyptiens.

Les 138 pièces que j'ai étudiées une à une peuvent se grouper en
quelques types passant du reste souvent insensiblement de l'un à
l'autre. Le type à pédoncule avec ou sans ailerons est le plus fréquent.
On peut suivre toute sa filiation : c'est d'abord la petite pièce ovale
munie de deux minuscules encoches à la base et de chaque côté qu'on
peut voir figurée sur la planche (seconde image de la 2e ligne) les
encoches ne sont d'ailleurs guère marquées.

Puis les encoches se creusent peu à peu et on arrive ainsi au type
ovale muni d'un pédoncule sans ailerons dont on peut voir sur la même
ligne de très bons spécimens de formes et dimensions relatives variées.

Ce t}rpe passe insensiblement à la forme avec pédoncule et ailerons.
Là encore il y a une extrême variabilité dans les détails; formes et pro-
portions de ces deux éléments, dimensions relatives du corps de la
flèche, du pédoncule et des ailerons. Cependant il faut noter qu'on ne
trouve jamais dans cette série de ces ailerons extraordinairement al-
longés comme en façonnaient les tailleurs de silex du Fayoum. Ils sont
toujours à peine marqués.

La forme générale de la flèche varie aussi beaucoup comme on peut
le voir sur la planche. Parfois elle est élargie et rappelle absolument nos
types européens. D'autres fois elle est étroite, allongée, à bords tantôt
rectilignes, tantôt taillés en scie, plus rarement décrivant de gracieuses
courbes donnant à la pièce une largeur plus grande vers la pointe avec
un rétrécissement au-dessous et un nouvel élargissement vers la partie
luférieure. au niveau environ des ailerons. Le pédoncule a une forme
ovale très gracieuse (V. les deux premières et la dernière ligure de la
première ligne de la planche I).

Ce charmant type parait spécial à l'Egypte.

Cette forme en losange du pédoncule se retrouve d'ailleurs sur toute
une série de pointes de flèches (V. planche 1).

D'autres pointes de flèches sont étroites et à pointe acérée. Nous
avons reproduit la plus grande qui est aussi une des mieux taillées (V.
lre figure de la 1" ligne).

Notons enfin un type qui n'était représenté que par deux spécimens.
Il a la forme d'un petit cylindre apoinlé et soigneusement taillé sur toute
surface (V. 1" figure de la 2" ligne de la planche).

La délicatesse du travail de toutes ces pièces est étonnante. Elles sont
le plus souvent d'une extrême minceur sur toute leur surface et on se
loading ...