Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 721
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0372
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
F

Etude pétrographique des matières employées pour
la fabrication des vases en pierre préhistoriques
égyptiens,

Par le Dr Capitan

Avec la collaboration technique de M. Cayeux, professeur à l'École

des Mines.

On sait que les Égyptiens préhistoriques ont façonné de très remar-
quables vases dans des pierres fort dures. Ils étaient arrivés à une ha-
bileté incomparable dans ce genre de travail. Ces vases, souvent d'assez
grande taille (par exemple coupes de 0m.35 de diamètre), ont une sur-
face très régulière ordinairement bien polie. Ils sont souvent aussi
assez minces (3 à 4 millimètres seulement d'épaisseur). Ils ont été
évidemment tournés au moyen de procédés encore mal connus qui ont
permis également aux artistes préhistoriques de façonner et de creuser
des vases parfois à cavité intérieure assez large et à goulot assez étroit.
Toutes ces particularités de technique sont d'autant plus intéressantes
qu'il s'agit de pierres dures rayant l'acier.

11 y avait donc un réel intérêt à étudier ces roches au moyen de la
technique actuelle (examen microscopique en lumière polarisée) de
plaques minces, d'un deux centième de millimètre. C'est le seul pro-
cédé permettant de déterminer exactement les roches.

Cette analyse n'a été tenté à notre connaissance, pour les roches
ayant servi aux Égyptiens préhistoriques à fabriquer leurs vases en
pierre dure que sur quelques rares spécimens que de Morgan, alors
qu'il était en Égypte, avait communiqués au professeur Fouqué.

Ayant pu, grâce à l'amabilité de M. Amélineau, examiner un grand
nombre de fragmenls de vases en pierres dures qu'il avait recueillis
dans ses fouilles d'Abydos, j'en ai formé une petite série systématique.

J'ai d'abord éliminé les fragments en albâtre faciles à reconnaître
microscopiquement. Il y avait là, d'ailleurs, des jolies variétés blanc,
blanc jaunâtre, blanc rose, avec veines rouges ou grisâtres ou même
translucides blanches ou violacées (calcite). Quelques beaux spécimens
se rapportent facilement à des brèches grises ou rouges d'aspect, varié,
toutes calcaires. J'ai également mis de côté les fragments de vases en
loading ...