Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 12
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 12 )

Louvre. Celui que l'on remarque au dessous est de la,
fontaine des Innocens. Le dessin et l'explication de
cette planche ont été fournis par M. Lenoir , conserva-
teur et administrateur du Musée des Monumens fran-
çais. Je ne terminerai point cet article , sans lui rendre
le tribut d'éloges qui lui est dû pour l'ordre qu'il a éta-
bli dans la distribution des objets confiés à sa surveil-
lance , et pour le zèle qu'il a mis à leur conservation , à
leur restauration. D'une foule de monumens épars, soit
à Paris, soit dans les départemens , il a formé un véri-
table Musée de sculpture française. Une salle particu-
Hère est consacrée aux productions de chaque siècle, et
décorée dans le goût qui caractérise les différentes épo-
ques de l'art. M. Lenoir a transformé en Elysée le ter^
rein qui composait autrefois l'enclos des Petits-Augus-
tins.Plus de quarante statues ornent ce jardin paisible.
Des urnes cinéraires posées sur les murs, des tombeaux
placés avec goût sur des tapis de gazon, ombragés de
peupliers, de pins et de cyprès, donnent à cet asile so-
litaire un caractère doux et mélancolique, un aspect
touchant. L'amant infortuné y lit avec attendrissement
les noms d'Héloïse et d'Abeilard, gravés sur un débris
de leur tombeau. Le Français , jaloux de la gloire de
son pays ,y voit avec intérêt les sarcophages où reposent
les restes de Molière, de La Fontaine, de Descartes, de
Jacques Rohault, son digne émule, de plusieurs autres
personnages illustres, et l'épitaphe modeste de J. B«
Brizard, qui brilla longtemps sur la scène française, et
dont le souvenir et les talens n'ont point encore été
effacés.
loading ...