Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 14
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
î H)

tte teinturier a fait filtrer à travers ce carthame une mé-
diocre quantité d'eau du Nil, de sorte que le liquide qui
a été filtré, était très-chargé de substance colorante. Il
a séparé la dernière portion qui a filtré, et l'a employée
la première, en y mêlant un peu de suc de citron. Le
coton était imprégné d'une faible couleur. Alors le pre-
mier liquide a été mêlé avec une quantité considérable
de suc de citron, dans une chaudière placée sur un
fourneau , et la teinture s'est faite dans un bain chauffé
entre trente et cinquante degrés. Bientôt le coton a pris
une couleur très-satinée et très-belle. Au sortir du bain,
il a été passé dans une eau rendue acidulée par le suc
du citron, puis séché.

« Le lin a été traité de même, et il a pris, par ce
moyen, une couleur moins satinée, mais encore belle.»

La couleur du carthame est si fugace , qu'il n'est
guère possible d'en profiter pour la peinture*
loading ...