Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0038
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i5)

Explication de la Planche sixième.

La planche VI offre des modèles de deux vases, d'un
candélabre et d'un secrétaire dont les formes régénérées
à la source pure de l'antiquité, pourraient remplacer
avec avantage ces formes bizarres et surannées , qui
s'exécutent encore , à grands frais, dans quelques ma-
nufactures dont les chefs ont négligé de s'associer, pour
la partie du dessin, des artistes pénétrés du sentiment
d'élégance et de simplicité que nous admirons dans les
ouvrages des anciens.

Ce n'est que depuis quelques années, que nous avons
vu un changement presque total s'opérer dans le goût
de nos fabriques. Cette révolution est due à quelques
artistes qui, ayant étudié en Italie, en ont remporté
cette ample moisson de dessins récueillis parmi les nom-
breux débris des rhonumens antiques, restes précieux
de la splendeur et de la magnificence romaine.

Le gouvernement ne ferait-il pas une chose utile à la
fois aux arts et au commerce, en exerçant une surveil-
lance active sur cette branche de l'industrie nationale?
Peut-être suffirait-il d'accorder des prismes d'encoura-
gement honorifique ou pécuniaire à ceux des fabricans
qui auraient obtenu le suffrage d'un jury d'artistes nom-
més à cet effet ; et, pour utiliser , agrandir cette idée,
il suffit de l'indiquer au ministre éclairé qui connaît
toute l'importance de pareils objets , et leur influence
sur le commerce et la prospérité publique.

On peut en dire autant sur les meubles , dont le goût
est totalement changé et retourne à la simplicité des
premiers peuples, en se parant néanmoins de la teinte
gracieuse qui caractérise notre nation, et prenant nu,
loading ...