Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 17
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 17- )

Sujet de la Planche septième.

Marcus Sextus , échappé aux proscriptions de Sylla ,'.
trouve , à son retour, sa tille en pleurs auprès de sa
femme expirée.

On se rappellera toujours, avec le plus vif intérêt, ce
premier ouvrage, ce chef-d'œuvre d'un jeune artiste qui
a débuté d'une manière si brillante, qu'il ne laisse aux
amis des arts d'autre vœu à former que celui de voir un
aussi rare talent se maintenir au même degré de per-
fection. Le tableau de Marcus Sextus attira , chaque
jour , la foule au salon de l'an 7, commanda l'admira-
tion et des connaisseurs et des ames sensibles.

En effet, on ne peut voir, sans un profond sentiment
de terreur et de pitié, cette femme expirée de misère et
de douleur, au moment où la présence et les soins de
son époux allaient peut-être la rendre à la vie; cette
jeune fille embrassant les genoux de son père , partagée
entre la douleur de perdre sa mère et la joie qu'elle
éprouve en revoyant l'auteur de ses jours; enfin, ce
guerrier proscrit par un tyran sanguinaire , et ne trou-
vant, à son retour dans ses foyers, qu'un spectacle d'a-
mertume et de désespoir.

Nous ne rappellerons point ici les justes éloges dont
Guérin fut comblé , les réunions intéressantes , les fêtes
dont il fut l'objet. Tous les journalistes s'empressèrent
d'en recueillir les détails, e,t de rendre un hommage
public aux productions d'un génie élevé, qu'une douce
sensibilité tempère par son charme touchant 5 au style
grand et simple de sa composition , à la force , à la vé-
rité des expressions, à la pureté des formes,à la vigueur
du coloris, aux grâces et à la naïveté du pinceau.
1. 5...
loading ...