Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 30
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0060
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 3o )

terrible de .l'inconstance de la fortune et de l'ingratitude
des hommes.

Les historiens ne sont pas d'accord sur cette dernière
époque de la vie de Bélisaire , mais c'est ainsi qu'elle a
dû s'offrir aux pinceaux de l'artiste , et David n'a rien
hégh'gé de ce qui pouvait rendre cette scène touchante.
Il es! bon de remarquer que l'on voit encore des mé-
dailles de Justinien ; elles représentent, d'un côté , l'em-
pereur recevant Bélisaire vainqueur des Goths , et de
l'autre coté, l'image de Bélisaire , avec ces mots : Beli-

S.uuus glorta romanortjm ; BÉLISAIRE, L'honneur du

nom romain. Quel contraste avec ceux que la tradition
nous a conservés, et qu'on prétend que Bélisaire profé-
rait du fond de sa prison, pour émouvoir la pitié des
passons: Date obolum Belisario ; Donnez une obole
a Bélisaire ! David a placé cette inscription dans son
tableau dont elle expliquerait le sujet, si cette belle
peinture pouvait être équivoque.

Les figures du tableau de Bélisaire sont de grandeur
naturelle. Cet ouvrage, exécuté à Rome, fut exposé à
Paris , au salon de 1782. L'esquisse que Ton en donne
ici n'a point été tracée d'après le tableau , mais d'après
la gravure que Morel vient de mettre au jour, et où
l'auteur a adopté quelques changemens sous la direction
du peintre. Le même graveur vient d'entreprendre cerJe
du Serment des Horaces, d'après David, et dont l'es-
quisse sera publiée dans cette collection.
loading ...