Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 63 3

Explication de la Planche trentième.

Cette planche représente deux figures antiques de la
salle des Muses. La première est Erato, qui préside à la
poésie érotique ou amoureuse. Cette statue est d'un style
gracieux; son costume est ajusté avec noblesse ; le man-
teau qui passe sous le bras gauche et va tomber dessus
l'épaule droite, contraste bien avec les plis des deux tu-
niques dont l'une descend jusqu'à terre, et l'autre plus
courte est liée par une ceinture au dessous de la poitrine^

Erato semble occupée à tirer des sons de sa lyre , de
cette lyre harmonieuse qui soupira sous les doigts d'A-
nacréon, de Tibulle et d'Ovide. Cette statue en marbre
grec , fut trouvée à Tivoli, ainsi que celle de Melpo-
mène , dont on a précédemment donné la descriptions
Elle n'est pas d'une conservation parfaite; la fête anti-
que , qui a été rapportée, appartenait à une figure de
Léda : les deux avant-bras sont modernes.

La seconde figure représente Polymnie, qui préside à
l'art de la pantomime. Elle n'est distinguée par aucun'
attribut ; l'attitude , le geste , sont les seules indications
qui la caractérisent, et elle est entièrement enveloppé©
dans un manteau. Cette statue, l'une des mieux conser-
vées de la collection des Muses, a été trouvée dans le
même lieu que la précédente. Il en existe plusieurs ré-
pétitions antiques, et les têtes de cescopies offrent jpouc,
la plupart, des portraits.

Concours national.

Personne n'ignore que le bras droit du Laocoon man-
que à la statue. Michel-Ange essaya de le restaurer,
mais trouvant son travail trop inférieur à celui d'Agé-
loading ...