Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 69
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
{ 69 )

^^^^^^^^^^^^ , =__::^— i , , _
Planche trente-troisième.

La planche (rente-troisième offre trois statues de la
salle d'Apollon, La première représente Vénus sortant
du bain, dite la Vénus du Capitole. A ces formes gra-
cieuses, élégantes,qu'aucun voile ne dérobe aux regards,
on reconnaît la mère des Amours, la déesse de la beauté:
ses cheveux sont noués sur le sommet de la tête, et re-
tombent sur le col : à ses pieds est un vase de parfums,
recouvert en partie d'un linge bordé de franges,,

La transparence et la beauté du marbre deParos,dont
cette statue est formée, ajoutent au mérite de cet excel-
lent ouvrage. Il est, d'ailleurs, bien conservé, et n'a subi
que de très-légères restaurations. Cette figure fut trouvée
vers le milieu du siècle dernier, à Rome , près de Sa?:.
Vitale. Benoît XIV l'acheta de la famille des Stati, et
îa fit placer au Capitole. La place qu'elle occupe ne
lui est point avantageuse. Elle gagnerait infiniment
à être vue de tous les côtés. La partie adossée au mur
est sans contredit la plus précieusement exécutée. Ne
serait-il pas à désirer que toutes les statues du Musée
fussent mobiles sur leurs piédestaux?C'estleseulmoyen
d'en varier l'aspect.

La seconde statue fut longtemps désignée sous la dé-
nomination de l'Antinous du Belvédère ; mais les anti-
quaires ont cru y reconnaître la figure de Mercure. En
effet, la douceur des traits , les cheveux courts et bou-
clés , le manteau dont il a le bras enveloppé , ont pu mo-
tiver cette opinion. Ils ont supposé que les deux mains 7
qui manquent à la statue, portaient , l'une la bourse,
l'autre le caducée, attributs ordinaires de ce dieu. Mais
comme il n'a ni le pétase3 ni les talons ailés, la désigaa-
i- j£
loading ...