Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 70
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(?o)

tion pourrait être douteuse. Au surplus, quel que soit të
personnage que représente cette statue, l'une des plus
parfaites qui nous soient restées de l'antiquité , la grâce,
la souplesse des formes et la beauté de l'ensemble, lui
assurent le rang le plus distingué.Le célèbrePoussin eut
pour cette statue une prédilection remarquable , et crut
pouvoir y puiser les proportions de la figure humaine.

Cette figure a été trouvée à Rome,sur le mont Esqui-
lin, près des thermes de Titus , sous le pontificat de
Paul III, qui la jugea digne d'être placée près de l'A-
pollon et du Laocoon , au Belvédère du Vatican.

La troisième statue représente la Vénus d'Arles,ainsi
nommée , parrR qu'pltp a Pté trouvée dans cette ville en
165i ; elle est nue jusqu'à mi-corps, et drapée de la cein-
ture eu bas.La tête est un modèle de grâce et de beauté;
les bras ont été restaurés par Girardon. Le sculpteur a
placé un miroir dans la main gauche; et dans la droite,
la pomme que Paris vient de lui accorder.

Cette statue a longtemps orné la galerie de Versailles.
Elle est en marbre grec, d'une couleur un peu cendrée.
Les anciens,selon toute apparence, tiraient cette espèce
de marbre du mont Hymette, près d'Athènes.
loading ...