Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0150
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 9° j

facilement; mais il songeait moins à remplir ses compo-
sitions d'objets convenables , et à soigner l'expression
de ses figures, qu'à lessdessiner d'un caractère svelte et
élégant. Ses pensées sont peu élevées; on pourrait même
dire que la grâce qui brille en ses ouvrages est superfi-
cielle; néanmoins elle ne laisse pas de surprendre et de
charmer les jeux.

Ce peintre paraît avoir peu consulté la nature,et c'est
pour cette raison qu'on remarque peu de variété dans ses
ouvrages. Son goût de dessin, quoique savant, est ma-
niéré. Il affectait de faire les extrémités délicates et un
peu grêles. Ses attitudes sont nobles et agréablement
contrastées, ses airs de tête gracieux , ses draperies lé-
gères : il en a fait de volantes qui donnent beaucoup de
mouvement à ses figures , mais elles ne sont pas toujours
suffisamment motivées. Comme les plis sont en petit
nombre, elles donnent un air grandiose aux parties
qu'elles couvrent.Le clair-obscur du Parmesan est assez
large ; sa couleur locale est commune et peu recherchée.

Malgré son extrême facilité , ce peintre a fait peu de
tableaux. Il a employé la plus grande partie de son
temps à faire des dessins et à graver à l'eau forte. C'est
lui qui, le premier, a trouvé le secret, par le moyen de
deux planches de cuivre , d'imprimer sur un papier de
demi-teinte, le blanc et le noir, et d'imiter, de cotte
manière, les dessins au lavis. On a beaucoup gravé
d'après lui.
loading ...