Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 108
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io8 )

C'est du haut de ces minarets élancés que l'on peut
apercevoir toute la Proponfîde , les îles des Princes , une
grande partie de là ville de Conslantinople , Sainte-So-
phie, le sérail, les sommets de Galata , au-delà du port,
le canal du Bosphore, enfin les beaux paysages de la
côte de Scutari et de Chalcédoine , sur la côle d'Asie-

L'intérieur du dôme est mal éclairé: mais ce jour
mystérieux agrandit encore ses voûtes en apparence.Les
piliers qui les supportent sont d'une proportion massive
et écrasée.

L'on n'y voit pour toute décoration que des tables
dorées , sur lesquelles on a gravé les noms des prophètes
et les sentences de Talcoran.

L'on a peu d'idée en Europe de cette magnificence des
monumens orientaux. Le nombre infini de ces coupoles
de difFérens diamètres, et des minarets qui les surmon-
tent , des boules et des croissans dorés qui les couronnent
et réfléchissent les rayons du soleil, les annoncent de
loin comme des villes entières ,et de près offrent le coup-
d'oeil le plus séduisant, en ce qu'il se varie dès qu'on
change de position. L'orgueilleux dôme de Saint-Pierre
de Rome même, mis en comparaison , ne l'emporterait
peut-être pas sur ceux-ci.

L. G.
loading ...