Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 1.1800 [1801] [Cigognara Nr. 3401-1]

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1801/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
{ no )

ïeur insuffisance, et ne s'attacha plus qu'à copier des dessins et des
estampes de Raphaël et de Jules Romain. Quelques années après
il se rendit à Rome. Le cavalier Marin le reçut avec transport; et,
obligé de partir pour Naples, le recommanda à Marcello Sacchettî
qui lui procura la faveur du cardinal Barberini, neveu du pape
Urbain VIII.

Le Poussin perfectionna ses talens ; et sa réputation se répandit
en France. M. Desnoyers, secrétaire d'état et sur-intendant des
bâtimens du roi, lui fit offrir mille écus d'appointemens , un loge-
ment au Louvre. Ces propositions avantageuses furent d'abord reje-
tées ; il céda enfin aux instances de M. de Chanteloup, maître-
d'hôtel du roi, qui fit le voyage de Rome , exprès pour l'en arracher
et le conduire à Paris en i64o. Le Poussin fut accueilli par M. Des-
noyers, embrassé par le cardinal de Richelieu qui portait au délire
l'amour des grands talens ; on l'établit aux Tuileries. Mais il essuya
des persécutions: la jalousie , l'envie, la médiocrité se liguèrent
contre lui ; on dénigra ses meilleurs ouvrages. Il résolut de quitter
la France , partit pour Rome vers la fin de septembre i643, et s'y
fixa pour jamais.

Ce fut alors que le Poussin commença à jouir d'une certaine aisance
et d'une tranquillité philosophique. On voulut en vain le rappeler en
France ; son ame sensible et délicate souffrait encore des chagrins que
son enfance malheureuse et la jalousie de ses compatriotes lui avaient
fait éprouver dans sa patrie. Il se livra sans relâche aux charmes de sa
profession qui n'était plus troublée par les dégoûts de la misère ; et
l'on vit naître sous ses pinceaux cette multitude de chef-d'œuvres qui
ont illustré l'un des plus beaux génies de la peinture.

Il mourut en i665, âgé de 71 ans, et fut enterré dans l'église de
Saint-Laurent in Lucina, sa paroisse.

Le Poussin était d'une taille élevée, d'un fort tempérament; son
port était plein de noblesse, sa physionomie imposante et sévère;
son œil était vif et perçant. Rien n'égala la délicatesse et la simplicité
de ses mœurs,
loading ...